Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • L’OCDE annonce que les grandes économies mondiales ralentissent et la zone euro décroche
  • Ukraine : la mairie de Donetsk annonce six civils tués lors d‘échanges de tirs à Donetsk dimanche
  • Des dizaines de migrants sont portés disparus dans un naufrage au large de la Libye (AFP)
|

Les suites de l’enquête sur la cargaison d’armes retrouvée à bord d’un navire nord-coréen.
Cuba confirme que ces missiles et autres fusées lui appartiennent. Ce cargo a été arraisonné lundi à Panama. Sous les sacs de sucre roux, les autorités panaméennes avaient découvert tout un arsenal :

“240 tonnes d’armes défensives obsolètes, fabriquées au milieu du siècle passé, qui devaient être réparées et revenir dans notre pays”, a déclaré le ministère cubain des Affaires étrangères dans un communiqué lu à la télévision.

D’après des experts, il s’agirait notamment d’armes remontant à l‘époque soviétique. Quoi qu’il en soit, la cargaison n‘était pas déclarée.

Pour le président panaméen, qui s’est rendu sur le navire dès son arraisonnement, le comportement de l‘équipage était suspect.

“Le capitaine et les 35 membres d‘équipage ont opposé une ferme résistance. Au début, il semblait que le capitaine faisait une crise cardiaque mais ensuite il a essayé de se suicider. Et puis, c’est après avoir amené le bateau dans le port de Manzanillo que nous nous sommes rendus compte de ce qu’il y avait et de ce qu’il pouvait y avoir d’autre”, raconte Ricardo Martinelli, le président du Panama.

L’interception du cargo battant pavillon nord-coréen avait pour but de vérifier si les sanctions mises en place par l’Onu étaient bien respectées. Des experts des Nations unies sont donc attendus au Panama pour examiner la cargaison.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|