DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Only God Forgives", chronique d'une vengeance divine

Vous lisez:

"Only God Forgives", chronique d'une vengeance divine

Taille du texte Aa Aa

Deux ans après le surprenant “Drive”, Nicolas Winding Refn et Ryan Gosling font à nouveau équipe dans “Only God Forgives”. L’histoire se déroule dans le milieu dans la boxe thaï et de la drogue à Bangkok, en Thaïlande.

Billy, le frère de Julian, le personnage incarné par Ryan Gosling, se fait tuer après avoir, lui-même, tuer une jeune prostituée. C’est alors que débarque la mère des deux hommes, une blonde plantureuse et perverse, sous les traits d’une Kristin Scott Thomas méconnaissable.

“Ce n’est pas un personnage ordinaire, il n’a pas vraiment de passé, ni de futur. Vous ne pouvez pas préparer ce type de rôle comme vous le faites pour un rôle normal. C’est plus une sorte de test pour le public qui va vivre une expérience nouvelle”, explique l’acteur canadien, Ryan Gosling.

Lors de la première mondiale au Festival de Cannes, le film avait créé la polémique en raison de ses scènes ultra-violentes. Pour Kristin Scott Thomas, l’objectif du film n’est pas d’optimiser le nombre de spectateurs.

“En fait, je ne crois pas qu’il soit question d’aimer ce film. Soit vous allez le voir, soit vous restez chez vous. Un projet comme celui-ci a quelque chose d’excitant parce qu’il n’y en a pas tellement. Beaucoup de films veulent plaire à tout le monde pour faire un maximum d’argent, mais là c’est différent”, analyse-t-elle.

Lors de la projection cannoise, le film avait été boudé voir hué par les journalistes présents. Mais d’autres avait loué “le brillant esthétisme” du film. “Ce que j’ai appris? Pas grand chose sinon qu’il ne faut pas se soucier de l’opinion que les gens ont de vous”, témoigne le réalisateur danois, Nicolas Winding Refn.

Personnage central, le policier, sorte d’incarnation de Dieu, à l’origine de la mort de Billy. C’est sur lui que la mère de Julian, trafiquante de drogue va déchaîner toute sa colère.
Sur l’aspect esthétique, le film alterne les plans oppressants de couloirs sombres au couleurs rouges vif, évocation d’une mort soudaine et brutale.