DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Detroit : la capitale de la soul a le blues


monde

Detroit : la capitale de la soul a le blues

Detroit, berceau de l’industrie américaine de l’automobile s’est officiellement déclarée en faillite.

Gratte-ciels désertés, usines en ruine, maisons délaissées : le lent déclin économique de Detroit est allé de pair avec la déchéance urbaine.

Autrefois quatrième métropole américaine, Detroit a perdu plus de 60% de ses habitants depuis 1950.

“Les gens d’ailleurs pensent que Détroit est un dépotoir. C’est clair que c’est une vraie décharge”, regrette un habitant. “La bonne vieille ville de Détroit ne peut même s’occuper d’elle-même. C’est triste.”

C’est au niveau fédéral que l’avenir de Detroit va maintenant se jouer. La grande ville du Nord-Est accuse une dette de 18 milliards et demi de dollars.

“Maintenant, tout dépend de la décision que va prendre le juge fédéral”, explique Peter Henning, professeur de droit à la Wayne State University. “La décision échappe au contrôle des habitants de Detroit alors qu’ils avaient leur mot à dire jusque ici. Là, c’est un juge des banqueroutes qui va décider qui va être payé et combien.”

Illustration de la situation : la municipalité n’est plus en mesure d’assurer l‘éclairage public dans de nombreux quartiers et 40 % des lampadaires sont en panne. Seul un tiers des ambulances fonctionnent à Detroit, faute de moyens pour les entretenir.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chine: protestations contre un projet d'incinérateur