Skip to main content

|

Rencontre avec Violetta Melnikova, artiste d’origine russe installée à Vilnius, la capitale lithuanienne. Passionnée de tatouage, et d’arts plastiques, elle se consacre avant tout à la fabrication de poupées.

“J’ai étudié la peinture, je fais de la céramique, j’aime beaucoup les perles, la couture, le textile. Et une poupée, c’est l’objet idéal pour combiner tout cela. Il faut la sculpter – ce qui implique d’avoir de solides connaissances en anatomie – il faut travailler avec du textile, l’habiller correctement. En fait, on peut utiliser plein de techniques artistiques dans une seule et même œuvre d’art”, explique-t-elle.

Inspirée par ses origines, ses nombreux voyages, et sa vie intérieure, ses créatures, vendues sur internet, séduisent des collectionneurs du monde entier.

Après avoir développé la technique des poupées en porcelaine, elle expérimente aujourd’hui des matériaux utilisés dans l’industrie automobile ou aéronautique.

“Certaines sont très étranges, bizarres comme les poupées à articulations sphériques, qui ont tous les éléments anatomiques du corps féminin. Elles ne sont pas destinées aux enfants; ce sont des poupées pour adultes. Et bien sûr, quand je sculpte une poupée, je reflète l’image de la beauté, telle que je la vois.’‘

Un art qui pour Violetta peut aussi avoir des vertus thérapeutiques, à condition de savoir gérer son énergie créatrice…

“Beaucoup de gens ont peur des poupées. Ils ont peur des poupées en porcelaine dans l’obscurité parce qu’ils pensent qu’elles ont une âme. Et je pense qu’elles en ont une. Parce que pendant un mois, on les regarde, on parle avec, on communique avec. On y investit énormément d‘émotions. Parfois les gens me commandent une poupée-portrait, par exemple. Et bien, si je suis déprimée ou énervée, je refuse de travailler dessus, car je ne veux pas transposer cette émotion dans la poupée. C’est un vaudoo.’‘

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?