DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brésil : une visite papale sur fond de grogne sociale


monde

Brésil : une visite papale sur fond de grogne sociale

Reçu à Rio de Janeiro par une foule enthousiaste, le pape François, pour ce premier voyage international – consacré à la jeunesse – est aussi porteur d’un message très fort contre l’exclusion sociale, contre “la grande injustice de l’inégalité” pour reprendre ses propres mots. Un message qu’il a répété devant 70 journalistes, dans l’avion qui le conduisait au Brésil : “Nous courrons le risque d’avoir une génération qui n’a pas eu de travail… et du travail vient la dignité de la personne, pour gagner son pain. Les jeunes sont actuellement en crise”.

François se veut porteur d’un évangile sociale, en harmonie donc avec les dirigeants brésiliens : depuis 2003, le pays a réussi à faire sortir de la pauvreté 27,9 millions de personnes. Pourtant, la présidente Dilma Rousseff a reconnu devant le pape qu’il reste beaucoup à accomplir : “Nous savons que nous pouvons affronter d’autres défis et continuer d’améliorer notre réalité. C’est ce sentiment qui par exemple a poussé la semaine dernière des centaines de milliers de jeunes gens à descendre dans la rue”.

Les jeunes ont également manifesté ce lundi, pour dénoncer cette fois, le coût de la visite du pape. Plus de 40 millions d’euros. Une facture payée par les contribuables brésiliens.

“C’est bien que le pape soit ici, mais on utilise la présence de la presse internationale pour attirer l’attention sur tous les sujets pour lesquels nous avons manifesté dernièrement”, explique une manifestante.

La hausse annoncée des prix des transports avait provoqué en juin les plus grandes manifestations dans le pays depuis vingt ans. Plus d’un million de personnes sont descendues dans les rues d’une centaine de villes pour dénoncer la corruption et la trop grande précarité des services publics, alors que le pays, devenu la sixième puissance économique au monde, va dépenser l‘équivalent de vingt milliards d’euros dans le mondial de foot en 2014 et les Jeux olympiques en 2016.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Libye-Explosion à Tripoli dans le quartier des ambassades