DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rétromachine : "Vive le Québec libre !"

Vous lisez:

Rétromachine : "Vive le Québec libre !"

Taille du texte Aa Aa

Le 24 juillet 1967, le Président français Charles de Gaulle, alors en visite officielle au Canada, prononce lors d’un discours à Montréal « Vive le Québec…libre ! ».
Ce discours ne figurait pourtant pas au programme officiel de la visite du Général, qui ne devait que saluer la foule montréalaise, puis s’exprimer devant une sélection de notables locaux. Pourtant, il insiste pour dire quelques mots, dont cette exhortation à la liberté pour le Québec, qui sera très mal interprétée par le gouvernement fédéral Canadien. En effet, il n’a échappé à personne que cette conclusion ressemblait étrangement à la façon dont le général en exil à Londres concluait ses appels radios à la résistance contre l’occupation allemande. Le gouvernement fédéral canadien a donc interprété cet appel comme un appel à une résistance québécoise contre un gouvernement d’occupation et d’oppression canadien. Les relations diplomatiques entre la France et le Canada ont été sévèrement entachées par ce discours, et il faudra attendre la démission de Charles de Gaulle en 1969 pour que les relations s’améliorent. Néanmoins, certains observateurs pointent que la déclaration-choc du général a contribué à propulser le Québec sur le devant de la scène, et a contribué à la reconnaissance de son identité culturelle et linguistique singulière. Ainsi, un éditorialiste fédéraliste d’un quotidien montréalais déclare que De Gaulle « vient d’inscrire le Québec sur la carte du monde. »

D’autres 24 juillet :

  • 1534 : Jacques Cartier, navigateur et explorateur français revendique le territoire de Gaspé au nom du roi de France. Sa découverte et son exploration du golfe du Saint-Laurent au Canada intervient après seulement 20 jours de traversée : parti de Saint-Malo le 20 avril, il aborde Terre-Neuve le 10 mai.
  • 1929 Le Pacte Kellogg-Briand ou le Pacte de Paris entre en vigueur. Signé presque un an plus tôt, le 27 août 1928 par les représentants de 63 pays, dont les principales puissances de l’époque, il condamne le recours à la guerre pour régler les conflits diplomatique, et les pays signataires déclarent renoncer à l’utiliser comme instrument de politique. Le secrétaire d’Etat Américain Frank Kellogg et le Ministre des Affaires Etrangères français Aristide Briand qui sont à l’origine de ce pacte, et le premier recevra le Prix Nobel de la Paix en 1929 pour cet acte, porteur de beaucoup d’espoir au sortir de la Première Guerre Mondiale.
  • 2001 Siméon Saxe-Cobourg-Gotha, alias Siméon II de Bulgarie, prête serment et devient Premier Ministre de Bulgarie. Dernier roi des Bulgares, il règne pendant trois ans alors qu’il n’est qu’un enfant, avant d’être renversé par un mouvement communiste. Il mène en 2001 le Mouvement National pour la Stabilité et le Progrès à la victoire et devient ainsi le premier monarque à regagner un pouvoir politique.

Nés un 24 juillet :

  • 1783: Simon Bolivar, militaire et home d’état Vénézulien surnommé le “Libertador”, qui fût à l’origine de l’indépendance de plusieurs pays d’Amérique du Sud, comme la Bolivie, la Colombie, l’Equateur, le Venezuela, le Pérou, et le Panama.
  • 1802 : Alexandre Dumas, écrivain français, auteur notamment de La Reine Margot, Les trois Mousquetaires ou Le Comte de Monte-Cristo.
  • 1900 : Zelda Fitzgerald, née Zelda Sayre, écrivaine américaine, auteur de Accordez-moi cette valse. Elle était également l’égérie de son époux, Francis Scott Fitzgerald.