DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'influence de la Renaissance italienne dans l'architecture russe

Vous lisez:

L'influence de la Renaissance italienne dans l'architecture russe

Taille du texte Aa Aa

Il y a plusieurs siècles de cela, la Renaissance a transformé le visage de la Russie. Ivan III voulait de nouvelles idées pour incarner son puissant Etat centralisé, et voulait bénéficier des dernières technologies les plus sophistiquées. Il a donc recruté les meilleurs architectes italiens de la Renaissance pour travailler au Kremlin.

“Au tournant des XVème et XVIème siècles, comme dans la plupart des pays européens, la Rennaissance a investit l’architecture russe, explique Dmitry Shvidkovsky, le recteur de l’Institut d’architecture de Moscou. Ici, au Kremlin, se rencontrent les différentes écoles de la renaissance italienne – vénitienne, bolonaise et milanaise – enrichies par des idées russes. Cela donne naissance à un nouveau style très intéressant, à l’origine d’une révolution dans l’architecture russe.”

La cathédrale de la Dormition au Kremlin a été construite par Aristote Fioravanti. Selon certains chercheurs, c’est la deuxième femme d’Ivan III, Zoe Sophia Palaiologina, qui aurait choisi cet architecte bolonais. Nièce du dernier empereur byzantin, elle vivait en Italie avant son union avec Ivan.

“Quand Sophia vient à Moscou, elle n’arrive pas seule, elle est très entourée. La principale cathédrale du Kremlin était en très mauvais état et personne ne savait comment la reconstruire. C’est vraissemblablement Sophia qui a demandé d’aller chercher cet architecte en Italie”, précise Federica Rossi, historienne de l’architecture italienne.

Fiorovanti refuse de restaurer cette cathédrale en ruine. Il ouvre alors une usine de briques et utilise de nouveaux matériaux. Les exigences Orthodoxes sont habilement associées aux dernières découvertes de la Renaissance. En seulement quatre ans, un chef d’oeuvre était né. “Pour certains spécialistes, ajoute Federica Rossi, il n’a pas seulement bâtit la cathédrale de la dormition, il a aussi initié la construction des murs du Kremlin.”

La plupart des murs et des tours du Kremlin ont été construits par Pietro Antonio Solari, originaire de Milan. Un autre architecte milanais, Marco Ruffo, en a également signé certain. Solari et Ruffo ont construit le Palais à facettes. Cet édifice est ce qui subsiste d’un vaste palais royal qui lui n’a pas survécu. Les deux architectes sont communément appelés “Fryazin”, terme moscovite qui désigne les Italiens.

Ivan III n’a jamais vu la cathédrale de l’Archange, un chef d’oeuvre architectural issu de l‘école vénitienne de la Renaissance. Son créateur, Aloisio de Montagnano, est arrivé en Russie un an avant la mort du Prince. “Après le passage des architectes italiens au Kremlin, l’architecture russe est devenue plus gaie, plus lumineuse, plus pittoresque”, estime Dmitry Shvidkovsky.

Les architectes italiens ne se sont pas cantonnés au Kremlin. La première Eglise russe en pierre et aux toits en pavillon fut construite dans la résidence d‘été des souverains russes, à Kolomenskoe, aujourd’hui intégré à Moscou. Son créateur, Pietro Annibale, comme de nombreux autres architectes italiens, n’a jamais pu quitté la Russie. “Il voulait s’enfuir mais il a été arrêté à la fontière, et lui ont demandé où il allait… On détient ces informations car le document de cette interrogatoire a été conservé” explique Federica Rossi.

“Quand une nouvelle forme architecturale comme celle des toits en pavillon émerge, tout le monde commence à l’intégrer dans son travail” ajoute Federica Rossi. Pour cette historienne, comme pour de nombreux autres chercheurs, cette nouvelle forme a inspiré l’architecte de la plus connue des cathédrales russes, la cathédrale Saint-Basile, sur la Place Rouge. Parmi les neuf églises qui la compose, celle du centre possède un toit en pavillon. L’identité de cet architecte reste inconnu.

Pour Maria Galkina, guide de la cathédrale Saint-Basile, “le dialogue entre les cultures russes et européennes est visible dans cette cathédrale. Ces cultures se parlent et s‘écoutent.” Plusieurs dizaines d’architectes issus de la Rennaissance italienne se sont installés en Russie. L’un d’entre eux aurait-il participé à l‘édification de cette fantastique cathédrale? Cette question reste un mystère…

Plus d’informations sur Moscou

  • Aux XVème et XVIème siècle, plus de soixante architectes italiens sont invités à Moscou
  • On compte plus de 600 églises à Moscou. Un certain nombre d’entre elles ont été construites ou fortement influencées par les architectes italiens
  • La cathédrale de la Dormition (1475-1479) du Kremlin, avec ses cinq dômes, a été construite par l’architecte italien Aristotele Fioravanti
  • La cathédrale de l’Archange (1505-1508), composée également de cinq dômes, a été construite par un autre architecte italien, Aloisio da Montagnana
  • La Chambre à Facettes (1487-1491) a été construite par les architectes italiens Pietro Antonio Solari et Marco Ruffo. C‘était une salle de réception pour les cérémonies officielles majeures. La chambre était intégrée au Palais, et c’est l’un des seuls vestiges de cet édifice
  • Le clocher d’Ivan le Grand (82m; 1505-1508) situé près de la cathédrale de l’Archange, a été construite par l’architecte italien Bon Friazin. C‘était la construction russe la plus haute à cette époque. Elle fait aujourd’hui partie du Kremlin
  • Kolomenskoye est une ancienne possession royale située à quelques kilomètres au sud-est de Moscou. Son exceptionnelle église de l’Ascension (1532) aurait été construite par l’architecte italien Pietro Annibale. Commandée par Vasily III pour célébrer la naissance de son fils, connu plus tard comme Ivan le Terrible, c’est l’un des plus anciens monuments architecturaux du XVIème siècle. Elle est considérée comme la première église de pierre aux toits en pavillon de Russie. Ce site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco