DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La combinaison anti-requin arrive


hi-tech

La combinaison anti-requin arrive

En partenariat avec

Après les signaux électroniques ou les répulsifs chimiques, une nouvelle arme arrive dans l’arsenal des surfeurs et autres plongeur contre les requins. Des chercheurs australiens ont mis au point une combinaison de plongée capable de tromper la vue de l’animal. Avec un motif très contrasté de bandes noires et blanches, l’un des modèles de combinaison fait croire au prédateur que le sufeur n’est pas comestible. Un autre design de vagues bleues et grises, le camoufle.

“Ca fait vingt ans que je suis dans le commerce des combinaisons de plongée et la question qui revient le plus souvent c’est : ‘Quelle est la couleur qui attire les requins ? Je ne veux pas ressembler à un phoque’. Et bien maintenant on a la réponse à cette question et c’est assez excitant”, explique un commerçant.

Les chercheurs de l’Université d’Australie Occidentale ont collaboré avec un société développant des systèmes réduisant le risque d’attaque de requin. Les premiers tests se sont révélés extrêmement concluants.

“La stratégie est double : il y a la stratégie “ne peut pas me voir”, de camouflage dans l’eau et puis il y a la stratégie “peut me voir mais ne me mange pas”, avec l’idée que même si vous êtes vu, vous n‘êtes pas perçu comme un repas”, détaille Hamish Jolly, de l’entreprise Shark Attack Mitigation System qui développe cette nouvelle technologie.

Une étude menée conjointement par l’Université d’Australie Occidentale et l’Université du Queensland en 2011 a permis de déterminer que les requins ne distinguent pas les couleurs. Ils ne voient que des nuances de gris. Un élément capital pris en compte par les combinaisons de plongées qui ont été développées.

“Le sens le plus important pour le requin quelques secondes avant de passer à l’attaque c’est sa vue. On a donc conçu des systèmes qui troublent sa vue. C’est vraiment de ça qu’il sagit avec cette technologie”, explique Craig Anderson, un auter employé de SAMS.

A noter que l’efficacité de ces combinaisons diminue quand la luminosité est moins forte et dans des eaux troubles. Des tests supplémentaires sont programmés en Afrique du Sud au mois de décembre.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

Une batterie de tests médicaux sur son téléphone portable