DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le spectre de la fraude plane à nouveau sur les élections au Zimbabwe


Zimbabwe

Le spectre de la fraude plane à nouveau sur les élections au Zimbabwe

Les six millions d‘électeurs du pays ont commencé à voter ce mercredi pour choisir un nouveau président. Les attentes sont grandes mais toutes simples :
“J’adorerais avoir un dirigeant qui créerait des emplois pour nous, déclare un jeune homme. Des opportunités pour un meilleur futur, pour améliorer notre pays”.

Pas question pour Robert Mugabé, 89 ans, au pouvoir depuis 33 ans, de quitter son trône. Si il a promis en direct à la télévision de respecter le résultat du vote quel qu’il soit, son rival historique et Premier ministre de cohabitation, Morgan Tsvangiraï, relève déjà des fraudes sur les listes électorales.

Publiées il y a vingt-quatre heures à peine, elles comporteraient de nombreux électeurs inscrits deux fois… Des éléments signalés aux observateurs africains déployés au Zimbabwe.

Robert Mugabé, interdit de séjour dans l’Union européenne depuis 2002 pour cause de violations des droits de l’Homme, a interdit pour cette élection aux observateurs européens l’accès à son pays.

Les violences qui avaient suivi la dernière présidentielle en 2008 avaient causé la mort de plus de 200 personnes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une ministre italienne noire dit "stop" aux attaques racistes