DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corées: le Nord offre des garanties au Sud pour la réouverture de Kaesong


Corée du Nord

Corées: le Nord offre des garanties au Sud pour la réouverture de Kaesong

La Corée du Nord a offert au Sud une série de garanties pour la réouverture du site industriel intercoréen de Kaesong, fermé par Pyongyang en avril, au plus fort des tensions sur la pénincule, a indiqué mercredi l’agence officielle KCNA.

Les firmes sud-coréennes disposeront d’un accès complet au complexe industriel, situé côté nord-coréen, a annoncé le Comité pour la réunification pacifique de la Corée, une agence nord-coréenne chargée des relations entre les deux frères ennemis.

Pyongyang s’engage également à garantir la présence des salariés nord-coréens et la sécurité des cadres sud-coréens.

Dans la matinée, quelque 500 Sud-Coréens, dont plusieurs industriels propriétaires d’ateliers sur le site de Kaesong, avaient manifesté près de la frontière avec la Corée du Nord pour réclamer la reprise de l’activité du site industriel intercoréen.

Séoul a annoncé mercredi le versement de 250 millions de dollars US (188 millions d’euros) de dédommagements aux 123 entreprises sud-coréennes présentes sur Kaesong, un vaste site implanté à 10 km de la frontière.

“Les paiements débuteront jeudi”, a indiqué un porte-parole du ministère de l’Unification, Kim Hyung-Suk.

Cette décision laisse entendre que le gouvernement sud-coréen ne croit plus en la réouverture du complexe. Plusieurs réunions de responsables des deux pays ont toutes débouché sur un échec.

La zone d’activités de Kaesong est cruciale pour l‘économie nord-coréenne car elle est source de devises étrangères. Y travaillent 53.000 salariés nord-coréens. Les entreprises sud-coréennes ont elles perdu plus d’un milliard de dollars en quatre mois en raison de sa fermeture.

Kaesong avait été fermé unilatéralement par Pyongyang en avril dernier, après des semaines de très vives tensions sur la péninsule, provoquées par un 3ème essai nucléaire nord-coréen et une nouvelle salve de sanctions internationales à l‘égard du régime communiste.

AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'aéroport de Nairobi au Kenya en feu