DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gibraltar: La querelle hispano-britannique


Espagne

Gibraltar: La querelle hispano-britannique

Depuis le week-end dernier, l’accès terrestre à Gibraltar est très difficile, les autorités espagnoles ayant décidé de multiplier les contrôles à la frontière. Officiellement, il s’agit de limiter les trafics de contrebande. Madrid envisage ainsi l’instauration d’un péage pour entrer dans l’enclave. Cela crée de nouvelles tensions autour de ce Rocher, territoire britannique revendiqué par l’Espagne.
Quelles sont les solutions ? Les habitants sont dubitatifs.

“Je ne sais pas quelles sont les solutions, mais elles doivent être trouvées. Nous, la classe ouvrière, nous ne sommes pas à blâmer pour ce qui se passe ici. c’est la faute des politiciens”, dit une femme qui travaille à Gibraltar.

Porte d’entrée de la Méditerranée, Gibraltar est un territoire situé tout au sud de la péninsule ibérique. Il a été sous domination espagnole jusqu’en 1704. A cette date, les forces anglo-néerlandaises prennent possession des lieux. Ce changement de tutelle est confirmé en 1713 par le Traité d’Utrecht.

Mais Madrid réclame depuis des décennies la rétrocession de Gibraltar. Pour obtenir gain de cause, le général Franco avait même ordonné la fermeture de la frontière dans les années 70 jusqu’en 1985.

“La raison fondamentale est que Gibraltar est devenu un territoire britannique à la suite de sa conquête par les Anglais. Par conséquent, l’Espagne estime que cette conquête ne donne pas droit à la Grande-Bretagne à la souveraineté sur ce territoire”, explique Jose Maria ridao, écrivain, éditorialiste et ancien diplomate espagnol.

Mais pour Londres, pas question de céder. Les autorités britanniques mettent en avant le souhait manifesté par les quelque 30 000 habitants qui peuplent cette enclave. “Voulez-vous un partage de souveraineté avec l’Espagne ?” Cette question avait été posée en 2002 à l’occasion d’un référendum. Le NON l’avait très largement emporté (98%).

Cela n’a pas empêché Madrid de maintenir ses revendications territoriales. Pour autant, Espagnols et Britanniques cherchent à éviter un conflit ouvert. Certains gestes de conciliation le prouvent. En septembre 2006, un Forum de dialogue tripartite sur Gibraltar a été mis en place. En 2009, pour la première fois depuis 1713, le chef de la diplomatie espagnole s’est rendu à Gibraltar pour participer à des discussions visant à accroître la collaboration entre les différentes entités.

Depuis son arrivée au pouvoir en Espagne, en 2011, la droite a tendance à se montrer plus ferme concernant Gibraltar, avec notamment la volonté de défendre les pêcheurs espagnols.
La question des droits de pêche est en effet un des motifs de discorde. Il y a quelques semaines, les autorités de Gibraltar ont décidé d’installer des blocs de béton au large du Rocher, pour mettre fin aux incursions des pêcheurs espagnols, ce qui a provoqué le récent regain de tensions.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Gibraltar : David Cameron met en garde Mariano Rajoy