DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La colère des Marocains contre une autre grâce royale controversée


Maroc

La colère des Marocains contre une autre grâce royale controversée

Il s’agit cette fois d’un trafiquant de drogue hispano-marocain qui n’avait pas encore été jugé. En détention préventive, il a été libéré deux jours avant la date de son procès. Ses deux complices ont ecopé de huit et dix ans de prison. Une nouvelle manifestation a eu lieu mercredi soir à Rabat.

“Il est même pas encore jugé d’aprés la presse, c’est un trafiquant de drogue, qui est liberé sans être jugé” dit une femme.

“Tout est lié maintenant, quand a ressorti ce dossier, on a ressorti le fait que la grâce royale c’est quand même une injustice finalement” affirme une autre manifestante.

Cette affaire intervient dans la foulée du scandale de la grâce par erreur d’un pédophile espagnol d’origine irakienne. Sans prononcer les excuses réclamées par les manifestants, le roi a reçu les familles des victimes du violeur.

Le pédophile condamné pour le viol de onze enfants a depuis été arrêté en Espagne, où il a été placé en prison préventive. Daniel Galvan, de son nom espagnol aurait raconté à son avocat marocain avoir collaboré avec les services secrets espagnols pendant l’intervention étrangère en Irak.

Son dossier médical aurait été falsifié pour qu’il puisse bénéficier d’un traitement spécial dans la prison marocaine où il était incarcéré. Le directeur de l’administration pénitentiaire a été renvoyé.



Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Egypte : un premier jour de l'Aïd calme malgré la fin de la trêve