DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La précarité poussée à son paroxysme en Grande-Bretagne


Business

La précarité poussée à son paroxysme en Grande-Bretagne

Polémique en Grande-Bretagne autour des contrats à “zéro heure”. 250 000 à un million de salariés – selon les sources – seraient employés sans horaires et sans salaire minimum garantis.

Suspendus à leur téléphone pour savoir combien d’heures ils pourront travailler dans la semaine, de plus en plus de ces salariés se retrouvent plongés dans une très grande précarité.

C’est le cas de Craig qui travaille dans un cinéma.

“Ils affichent le planning pour deux semaines. Mais vous pouvez venir travailler et vous rendre compte que vos horaires ont changé. Vous venez un mardi et vous apprenez que vous devrez travailler le vendredi, ce qui n‘était pas prévu. Ou alors vous venez et finalement ils vous renvoient chez vous. Comme, techniquement, vous êtes employés, vous ne pouvez pas prétendre aux allocations chômage ou à une aide quelconque”, explique Craig O’Callaghan.

McDonalds emploie 90% de ses effectifs sous ce contrat de travail, et même les saisonniers de Buckingham Palace sont concernés.

Usée par l’instabilité induite par ce contrat “zéro heure”, une ancienne employée de Sports Direct, le plus premier vendeur d’articles de sport en Angleterre (et qui emploie lui aussi 90% de ses employés sous ce contrat), a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux. Le jugement pourrait faire jurisprudence.