DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris made in China

Vous lisez:

Paris made in China

Taille du texte Aa Aa

Paris serait la destination préférée des Chinois fortunée. La capitale française a été réimplantée dans l’est de la Chine.

Tour Eiffel de 108 mètres de haut, immeubles haussmanniens et jardins à la française, tout y est, sauf les habitants.

Ce complexe résidentiel baptisée Tiandu Cheng (“ville du ciel”), se situe à 200km de Shanghaï, près de la ville touristique de Hangzhou.

La société immobilière Zhejiang Guangsha Co est à l’origine du projet. Les travaux ont débuté en 2007 et sont presque terminés.

Malgré beaucoup de rues désertes, la société affirme que l’opération commerciale se déroule bien.

“Hangzhou est une ville touristique et je pense que de cette façon elle est semblable à la France. Les Français sont fervents de romance et de détente et donc ils aiment voyager et je pense que Hangzhou a quelques similitudes. Parti de ce constat, importer Paris paraissait tout à fait normal”, explique Chen Zhengwei, vice-directeur de Zhejiang Guangsha Co

Il faut compter environ 500 euros par mois pour louer un appartement de 300m² avec vue sur les bassins de Versailles.

Le quartier, d’une capacité de 10 000 personnes, est aujourd’hui considéré par les médias locaux comme une nouvelle ville fantôme. Les promoteurs, eux, refusent de dire combien d’habitations restent invendues, mais ses habitants veulent croire à la réussite du projet.

“Je pense que c’est simplement que sa valeur populaire n’est pas encore arrivée à maturité. Je pense que Tiandu Cheng se remplira plus tard et je pense qu’il y a un grand potentiel de développement. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que c’est une ville fantôme”, dit un résident qui habite le quartier depuis trois ans.

La liste des villes fantômes chinoises ne cesse de s’allonger. Ces villes désertes sorties de terre en quelques mois symbolisent le gaspillage et l’endettement des gouvernements locaux dans le pays. La plus célèbre est située à Ordos, en Mongolie Intérieure. Les prix y ont chuté d’un tiers en seulement un an.