DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mali: Les défis d'"IBK"


Mali

Mali: Les défis d'"IBK"

Il n’a cessé de le marteler. La “réconciliation” du pays est son objectif prioritaire. “IBK”, Ibrahim Boubacar Keïta, 68 ans, futur président malien et cacique de la politique malienne aura donc la lourde tâche de redresser un pays traumatisé par la plus grave crise de son histoire récente.

22 mars 2012. Le président élu Amadou Toumani Touré est renversé par un coup d’Etat. Les militaires putschistes dénoncent l’incapacité du gouvernement à mater la rébellion touareg dans le nord du pays.

A l‘époque, “IBK” s’abstient de critiquer ouvertement les mutins, contrairement à son rival Soumaïla Cissé.

Les rebelles touaregs du MNLA et les milices islamistes profitent de ce putsh pour renforcer leurs positions et s’emparer des principales villes du Nord du pays, Kidal, Gao et Tombouctou.

Les rebelles touaregs seront évincés quelques mois plus tard par les islamistes liés à Al-Qaeda. Ces derniers désireux d’imposer “graduellement” la Charia dans la zone commettront de nombreuses exactions sur les populations locales.

En janvier 2012, l’opération française Serval est lancée pour stopper la progression des islamistes. Aidés par des forces africaines, les soldats français réussiront en moins d’un mois à chasser en partie les groupes djihadistes du Nord. Mais des éléments dits “résiduels” restent actifs et constituent toujours une menace.

Autre défi pour “IBK”, s’atteler aux négociations de paix avec les rebelles touaregs du MNLA. En juin dernier, ces derniers ont signé un accord avec le gouvernement malien en vue de la présidentielle. Cet accord prévoit l’ouverture de “pourparlers de paix” dans les 60 jours suivant la mise en place du nouveau gouvernement.

Enfin, “IBK” devra aussi lutter contre la corruption et reconstruire un pays exsangue. Ce conflit a poussé 500 000 personnes à fuir leurs domiciles, il a accentué la pauvreté et ravivé les haines entre les différentes communautés du pays.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Démission du gouvernement tchèque