DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Cameroun gouverne la péninsule de Bakassi convoitée par le Nigéria

Vous lisez:

Le Cameroun gouverne la péninsule de Bakassi convoitée par le Nigéria

Taille du texte Aa Aa

Ce 14 août marque le début de la pleine souveraineté du Cameroun sur la péninsule de Bakassi. Sous administration provisoire du Cameroun depuis le 14 août 2008, la péninsule est l’objet de nombreuses convoitises de la part du Cameroun mais aussi du Nigéria.

Cette gouvernance transitoire, obtenue avec le concours de l’ONU, devait permettre au Cameroun d’y installer son administration. Désormais, les habitants de la péninsule pourront obtenir la nationalité camerounaise après demande.

La fin d’un conflit vieux de plus de 15 ans

Longtemps administrée par le Nigéria, la péninsule est située à la frontière nigérian-camerounaise et s’étend sur 1600 kilomètres de long. Elle est peuplée d’environ 40 000 habitants dont un grand nombre de ressortissants nigérians.

Avant 1994, année durant laquelle le Cameroun saisit la Cour internationale de Justice (CIJ) afin de définir le tracé des frontières terrestres et maritimes entre les deux pays, les tensions ont, à de nombreuses reprises, failli dégénérer en guerre.

Faisant fi de la décision de la Haute Cour fédérale nigériane, saisie par les habitants de la péninsule, qui avait statué en faveur d’un gel du transfert de souveraineté, la CIJ rend son verdict en 2002.

Elle a statué que la péninsule doit être rétrocédée au Cameroun, se basant sur le traité signé en 1913 par les deux puissances coloniales qui se partageaient alors la région, c’est à dire la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Une zone sous tension

La zone est potentiellement riche en pétrole, en ressources halieutiques et en gaz revêt donc un intérêt économique pour les deux états.

Mais sa proximité avec le delta du Nigeria, sujet à de nombreuses attaques de pirates nigérians, en fait une zone sous haute tension. Le groupe de rebelles nigérians Conseil de défense et de sécurité du delta du Niger revendiquent par exemple des actes terroristes dans la zone.

Avec AFP