DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire Snowden et ses répercussions de Londres à Rio

Vous lisez:

L'affaire Snowden et ses répercussions de Londres à Rio

Taille du texte Aa Aa

Ce dimanche, David Miranda, Brésilien de 28 ans a été interpellé à l’aéroport de Heathrow à Londres, en provenance de Berlin, avant d’embarquer pour Rio. Son ordinateur et son téléphone portables ont été saisis. Il a subi un interrogatoire de 9 heures. Le tout en vertu d’une loi sur l’anti-terrorisme.

David Miranda n’a, a priori, aucun projet terroriste. Son “tort” est d‘être le compagnon de Glenn Greenwald, LE journaliste américain qui a publié dans le Guardian, les documents secrets transmis par Edward Snowden.

“On cherche à m’intimider, a réagi Glenn Greenwald ce lundi, mais hors de question que je baisse les bras”. Au contraire, a-t-il dit, “je vais publier des documents en ma possession sur les pratiques britanniques en matière d’espionnage. Les Anglais vont regretter ce qu’ils ont fait”.

Ces derniers mois, Glenn Greenwald a reçu des milliers de documents secrets transmis par Edward Snowden, le consultant informatique qui travaillait pour les services de renseignements américains et qui est aujourd’hui réfugié en Russie. Ces documents sont relatifs au très vaste programme de surveillance des communications par Washington.

Après la détention de leur ressortissant David Miranda, les autorités brésiliennes ont réagi ce lundi. “Cette détention est injustifiable, a indiqué le chef de la diplomatie brésilienne, Antonio de Aguiar Patriota. La loi invoquée concerne les personnes suspectées de terrorisme. Je compte bien m’entretenir avec mon homologue William Hague pour obtenir des explications sur cette affaire”.

Pour l’heure, aucun commentaire du gouvernement britannique. Mais les autorités sont de plus en plus sommées de s’expliquer, que ce soit par des parlementaires travaillistes ou par des organisations de défense de droits de l’homme.