DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fukushima : une inquiétante contamination marine


Japon

Fukushima : une inquiétante contamination marine

Nouvelles révélations alarmantes à Fukushima. La compagnie Tokyo Electric Power chiffre désormais à 30.000 milliards de becquerels la quantité de césium et de strontium radioactifs qui se serait écoulée dans l’Océan Pacifique. Une pollution véhiculée par les eaux contaminées du sous-sol de la centrale endommagée. Des eaux que Tepco assurait stagnantes il y a encore un mois…

La veille déjà, la fuite de 300 tonnes d’eau hautement radioactive survenue ces derniers jours sur un réservoir était qualifiée d’“incident grave” par l’autorité nippone de régulation nucléaire, qui met en cause la fiabilité de 300 autres réservoirs : “Je ne crois pas qu’il n’y ait qu’un réservoir concerné. Si une fuite s’est produite dans un réservoir, il faut se dire que la même chose peut arriver à d’autres réservoirs, et proposer des mesures pour y faire face” a expliqué le président de l’autorité.

Depuis qu’un tsunami a fait exploser les réacteurs de la centrale en mars 2011, Tepco a repéré 5 fuites sur ces cylindres de 11 mètres de haut sur 12 de diamètre. Des contrôles d‘étanchéité sont en cours sur les 300 réservoirs incriminés. Ce jeudi, l’opérateur de la centrale a signalé de nouveaux points de radiation élevée près de citernes de stockage, faisant craindre d’autres fuites.

Au total, Tepco a installé pas moins d’un millier de réservoirs de différents types aux abords des réacteurs pour stocker les millions de litres d’eau radioactive issus des systèmes de refroidissement. Du fait de l’augmentation infernale des volumes à stocker, ces réservoirs sont montés à la hâte : un de plus tous les deux jours et demi. D’où les doutes quant à leur résistance.

Cette pollution radioactive véhiculée par l’eau fait planer un risque réel sur la santé des populations. La préfecture de Fukushima s’est avouée inquiète cette semaine après les premiers résultats de bilans médicaux pratiqués sur les jeunes âgés de 18 ans ou moins au moment de la catastrophe.

Sur 210,000 dépistages du cancer de la thyroïde, 18 se sont avérés positifs. Chez 25 autres, le cancer serait en gestation. 150,000 individus restent à examiner.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hosni Moubarak pourrait quitter sa prison dès ce jeudi