DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'attentat de Tripoli laisse craindre un conflit religieux au Liban


Liban

L'attentat de Tripoli laisse craindre un conflit religieux au Liban

Il est 13h à Tripoli. Les fidèles terminent leur prière dans la mosquée sunnite d’Al Salam. Soudain, une violente déflagration retentit. Puis une seconde dans une autre mosquée, quelques minutes plus tard.
Deux voitures piégées sont à l’origine de l’explosion. A l’extérieur, le quartier ressemble à un champ de ruines. Le souffle de l’explosion a aussi touché les voitures avoisinantes.

Mais après le choc viennent les questions. Deux lieux sunnites touchés dans une ville, elle-même, à majorité sunnite.
La semaine dernière c’est un quartier chiite de Beyrouth qui était visé. Ces deux événements, proches dans le temps, laissent craindre un nouveau conflit intra-musulman dans un pays, sans gouvernement depuis 5 mois, et sur fond de guerre civile chez le voisin syrien.

D’après un récent bilan, 42 personnes auraient péri dans cet attentat et plus de 500 seraient blessés. Soit le bilan le plus lourd depuis la fin de la guerre civile au Liban en 1990.
Les autorités ont décrété ce samedi comme journée de deuil national.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Egypte: mobilisation en baisse pour les Frères musulmans