DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le discours de Martin Luther King est bien difficile à trouver sur le web


monde

Le discours de Martin Luther King est bien difficile à trouver sur le web

Le celèbre discours “Je fais un rêve” prononcé par Martin Luther King il y a 50 ans a joué le rôle de catalyseur pour le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. Une mobilisation qui a elle-même changé la vie quotidienne de nombreux citoyens américains. Les propos du pasteur militant rediffusés sur les antennes et cités à maintes reprises ces dernières décennies ont été salués aussi bien comme une démonstration d’art rhétorique que comme un jalon dans l’Histoire des droits de l’Homme. Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils ne sont pas de propriété publique.

Pour retrouver l’intervention de Martin Luther King, le texte intégral est bien publié sur internet, mais aucune vidéo de l‘évènement n’est disponible gratuitement sur la toile à moins d’acheter un DVD à 20 dollars. En 2009, la famille King a conclu un accord avec la maison de disques EMI racheté depuis par Sony pour gérer les droits du discours. Le groupe a bataillé ferme pour s’assurer que l’enregistrement complet ne soit pas accessible au public sans payer et les copies que l’on trouve aujourd’hui sur les sites gratuits d’hébergement de vidéos sont généralement de mauvaise qualité.

Cette question des droits n’est pas nouvelle : elle s’est posée pour la première fois, dès 1963 lorsque Martin Luther King lui-même a poursuivi Mister Maestro et la maison de disques Twentieth Century Fox Records en justice pour avoir publié son discours sans son accord. Le pasteur voulait apparemment que les profits générés soient reversés à son mouvement.

En 1999, dans une procédure menée par Martin Luther King Jr. contre le groupe CBS, un juge a estimé que le discours avait avant tout été tenu pour les médias, le rendant non pas public, mais accessible de manière limitée. Cette décision polémique n’a pas empêché peu de temps après, un règlement rapide qui a permis à CBS d’utiliser l’enregistrement en échange du versement au Centre pour le changement social non-violent de Martin Luther King Jr. d’une somme dont le montant n’a pas été divulgué.

Le combat judiciaire s’est poursuivi au fil des ans. En 2001, les héritiers de Martin Luther King ont autorisé le groupe de télécommunications Alcatel à utiliser un extrait de ses propos dans l’une de ses publicités.
Le président de l’Association nationale pour le progrès des personnes de couleur (NAACP), Julian Bond déclara alors : “quand j’ai vu ce spot à la télévision, je n’en croyais pas mes yeux.” Le pasteur Joseph Lowry qui a milité aux côtés de Martin Luther King indiqua pour sa part : “si Martin était encore en vie, nous aurions demandé lui et moi, à être reçu immédiatement par Alcatel pour demander à ses dirigeants combien de Noirs et de femmes l’entreprise compte dans son conseil d’administration.”

Aujourd’hui, certains groupes de presse et chaînes de télévisions peuvent diffuser des extraits du discours dans le cadre d’une “politique d’utilisation équitable” s’ils prouvent que ces images valent la peine d’apparaître dans les médias. Mais l’intégralité de la vidéo reste difficile à obtenir pour les journalistes comme pour le citoyen lamba, en tout cas jusqu’en 2038, date à laquelle les droits expireront et tomberont dans le domaine public.

Du côté des militants des droits numériques, Evan Greer, un responsable de Fight for the Future, estime que cette question des droits prive les jeunes d’une occasion d’assister à un évènement rentré dans l’Histoire. “C’est essentiel que l’on puisse trouver ce discours sur la toile et le partager avec d’autres internautes,” lance-t-il.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

La France relance la « taxe carbone »