DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rafah : une porte de sortie éphémère pour les Palestiniens de Gaza


Israël

Rafah : une porte de sortie éphémère pour les Palestiniens de Gaza

L’Egypte a rouvert samedi le poste-frontière de Rafah que les autorités avaient fermé en début de semaine pour des raisons de sécurité. Le week-end dernier, 25 policiers égyptiens avaient été tués dans le désert du Sinaï et l’Egypte en tient responsable le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Ce poste est quasiment la seule ouverture vers le monde pour la population de Gaza, 1,7 million de personnes – hormis un passage au compte-gouttes par Israël. Alors, la compétition est rude pour quitter l’enclave palestinienne.

“Si je ne peux pas partir maintenant, je vais perdre mon semestre universitaire et devoir donc le reporter de six mois, explique Abdallah Al-Haw, qui réside à Gaza et étudie en Egypte. C’est un énorme problème pour ceux qui sont dans la même situation que moi et ça nous coûte beaucoup d’argent.” “Je vais en Arabie saoudite car je suis malade”, précise Musa
Islibi, qui y a déjà effectué plusieurs séjours.

L’attente pour passer de l’autre côté peut aussi concerner des étrangers, même s’ils sont bien sûr très minoritaires. “J’attends depuis lundi, commente ainsi un Britannique, Andrew Karney. Aujourd’hui il y a énormément de monde. Beaucoup beaucoup de gens qui attendent depuis très très longtemps.”

La réouverture du poste-frontière de Rafah pendant quelques heures samedi demeure toutefois fragile. Sous la présidence Morsi, 1 200 personnes étaient autorisées à passer chaque jour. Nombre réduit depuis à 300, dénonce le Hamas. Quand il n’est pas purement et simplement fermé.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : le régime assure que ce sont les rebelles qui font usage d'armes chimiques