DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : Médecins sans frontières évoque l'usage d'un agent neurotoxique mercredi à Damas

Vous lisez:

Syrie : Médecins sans frontières évoque l'usage d'un agent neurotoxique mercredi à Damas

Taille du texte Aa Aa

Le régime syrien et son opposition ont continué samedi à s’accuser mutuellement d’avoir recouru à des armes chimiques, mercredi, dans la banlieue de Damas. Mais alors que manquaient jusqu’ici des sources indépendantes sur le sujet, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a indiqué avoir reçu mercredi matin, dans trois hôpitaux de la capitale, environ 3 600 patients, dont 355 sont morts, présentant des symptômes neurotoxiques pouvant attester de l’usage d’armes chimiques. Sans certitude toutefois.

“L’arrivée massive de patients sur une courte période de temps, venant du même endroit et présentant des symptômes neurotoxiques, avec un grand nombre de morts, cela veut dire qu’un agent neurotoxique sérieux a été utilisé récemment dans le gouvernorat de Damas”, a commenté le président de MSF, Mergo Terzian. Avec prudence, faute d’analyses scientifiques, et en ne s’avançant surtout pas sur la responsabilité de l’un ou l’autre camp.

Le pouvoir a pour sa part versé une nouvelle pièce au dossier armes chimiques, en accusant les rebelles d’avoir fait usage samedi de telles méthodes à Jobar, dans la périphérie de Damas, pour repousser une offensive de l’armée. Il a même invité des journalistes à constater
les faits. En particulier, des tunnels dans lesquels se trouvaient des barils qui contiendraient des matières toxiques leur ont été montrés. Les coupables étant les rebelles, les “terroristes” dans la terminologie des autorités syriennes.

Les dix inspecteurs des Nations unies arrivés dimanche dernier dans la capitale sont, eux, toujours dans l’impossibilité de se rendre sur le terrain. L’ONU a donc dépêché à Damas sa Haute représentante pour le désarmement, Angela Kane, pour tenter de débloquer la situation.