DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Egypte : Hurghada en mal de touristes


Egypte

Egypte : Hurghada en mal de touristes

Baignée par les eaux limpides de la mer Rouge, Hurghada, une des villes phare du tourisme en Egypte, est aujourd’hui désertée. Depuis les violences de ces dernières semaines les annulations de séjours se sont multipliées dans la station balnéaire. En outre de nombreuses chancelleries déconseillent désormais à leurs ressortissants de passer leurs vacances dans l’ensemble du pays.

Pourtant sur place, les rares touristes sont enthousiastes, à l’image de cet Allemand : “tout est super, l’hôtel est très bien, la plage est belle, la mer Rouge est magnifique, j’adore cet endroit”, dit-il.

Mais face à la baisse des réservations, certains établissements ont dû fermer leurs portes. C’est un coup dur de plus porté à un secteur touristique déjà malmené par deux ans d’instabilité politique. Le gouvernement egyptien lui fait son possible pour rassurer les étrangers.

“ici à Hurghada, au bord de la Mer Rouge et dans le sud du Sinaï, nous sommes à des centaines de kilomètres du Caire”, explique le ministre du tourisme Hesham Zaazou, “on peut constater que la situation est bonne, il n’y a pas de danger et le gouvernement s’engage à assurer la sécurité des touristes qui viennent en Egypte”.

Aujourd’hui, ce sont surtout des touristes égyptiens que l’on croise ici. Beaucoup viennent d’ailleurs du Caire, fatigués de l’insécurité dans la capitale, ils retrouvent un peu de quiétude au bord de la mer Rouge.

“Tandis que les clients étrangers se font rares, le pays tente de compenser le manque à gagner avec le tourisme intérieur, tout en ésperant que l’attractivité du pays reviendra en même temps que le retour au calme dans les rues”, notre correspondant au Caire, Mohammed Shaikhibrahim.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Proche-Orient: une réunion de négociations annulée après la mort de 3 Palestiniens