DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO: Europe et Asie, l'atout charme d'Istanbul

Vous lisez:

JO: Europe et Asie, l'atout charme d'Istanbul

Taille du texte Aa Aa

Après Tokyo et Madrid, Istanbul est la troisième ville à se porter candidate aux Jeux Olympiques de 2020. Le détroit du Bosphore, autour duquel est construite la ville, est un symbole du carrefour des civilisations. C’est d’ailleurs sur son image de ville multiculturelle qu’Istanbul appuie sa candidature.
Les autorités turques ont un autre atout dans leur manche pour convaincre les membres du Comité international olympique (CIO). La plupart des infrastructures sont déjà construites. Parmi elles, le stade olympique Atatürk construit
au cas Istanbul aurait était choisi lors des éditions précédentes des Jeux, notamment en 2008.

“Ce sera une grande première à la fois pour l’Asie et pour l’Europe. Le matin, le public pourra voir une course de l’aviron sur la partie asiatique et l’après-midi, ils pourront voir un match de basketball sur la rive européenne. Et la nuit, la vue sur Istanbul est magnifique”, argumente Hasan Arat, directeur de la candidature stambouliote.

Mais relier les deux rives restent l’enjeu majeur d’Istanbul. Deux ponts ne suffisent plus à endiguer les flux de voitures. Un troisième devrait voir le jour mais par le passé, le problème des transports publics avait déjà éliminé la candidature de la ville aux 13 millions d’habitants.
Pour savoir si la cinquième tentative sera la bonne, réponse le 07 septembre à Buenos Aires.