DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Miley Cyrus, CNN et un dictionnaire sont dans un bateau…

Vous lisez:

Miley Cyrus, CNN et un dictionnaire sont dans un bateau…

Taille du texte Aa Aa

Comment une lolita devenue popstar déclenche une réaction en chaîne sur internet mêlant l’humour potache, le journalisme contemporain et un dictionnaire d’anglais.

Miley Cyrus est ancienne petite star bien propre sur elle de la galaxie Disney devenue depuis chanteuse de R’n’B à succès. Le 25 août dernier, invitée aux MTV Awards, elle délivre une chorégraphie des plus explicites, un genre appelé le « twerk », qui enflamme Twitter, culminant à 306 100 tweets par minute, un tout petit peu moins que lors de la réelection de Barack Obama (327 452 tweets par minute) selon les statistiques publiées par le réseau social.

La machine à LOL est lancée. Les photomontages, moqueries, parodies et autres gif animés se multiplient comme des petits pains sur les internets.

Les médias s’emparent alors du phénomène et rapportent la soirée et les réactions sur internet (euronews ne faisant pas exception ni en anglais ni en français, la preuve…), espérant probablement récupérer un peu de la poussière de la comète. Certains se sont même lancés dans la critique sociologique de la performance vue comme dégradante pour la femme ou raciste. C’est dire comme l’affaire était sérieuse.

Pourtant jusque-là rien de bien nouveau ; ce cycle – un événement détourné et moqué sur internet puis raconté par les médias – est celui que l’on observe à chaque nouveau mème (un élément viral sur internet). L’arrivée des grands médias siffle d’ailleurs souvent la fin de la récréation, faisant retomber le rire comme un soufflé.

Dans le cas de la danse lassive de Miley Cyrus, un premier élément surprend : deux jours après « l’ouragan », le très sérieux dictionnaire Oxford (l’équivalent du Larousse ou du Robert) annonce qu’il a ajouté « to twerk » à sa mise à jour trimestrielle sur internet. Ce mot est ainsi désormais défini comme le fait de « danser de manière sexuellement provocante en faisant notamment des roulements de hanches dans une position semi-accroupie ».

Plus inhabituelle, la « passe d’armes » entre le journal satirique américain The Onion et la rédactrice en chef de cnn.com. Le 26 août, The Onion publie un article supposément signé de Meredith Artley, rédactrice en chef du site de la célèbre chaîne d’information américaine.
Une pratique courante de The Onion qui met alors les médias devant leur propre cynisme, diront les plus durs, ou devant leur propre talon d’achille, diront les plus compréhensifs. La fausse Meredith Artley explique, en effet, que l’article sur Miley Cyrus était en une de la page d’accueil de cnn.com pour faire du clic.

“il s’agissait de tenter de vous faire cliquer sur cnn.com afin d’augmenter notre trafic sur le site web, ce qui nous permettrait ensuite d’augmenter nos revenus publicitaires.”
The Onion parodiant la rédactrice en chef de cnn.com

La journaliste a réagi sur Twitter avec calme et un sens de l’autodérision certain tout au moins affiché, refusant de se tourner vers la justice.

Ce nouveau point de vue a alors généré de nouveaux commentaires (par exemple sur ce journal local de Floride) – pas un débat sur le journalisme à l’ère digitale ne rêvons pas non plus – et de nouveaux mèmes dont ce Tumblr qui résume tout l’échange : « Miley en train de twerker sur les choses dont nous devrions parler ; si elle twerke dessus, peut-être que les gens y prêteront attention ».

photo tirée du Tumblr Miley Cyrus twerking on reality