DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : réactions dans les rues d'Amman et Tel Aviv

Vous lisez:

Syrie : réactions dans les rues d'Amman et Tel Aviv

Taille du texte Aa Aa

Dans les pays voisins de la Syrie, la perspective d’une action militaire occidentale est perçue diversement, y compris parmi les Syriens eux-même, voici quelques réactions dans les rues d’Amman, en Jordanie.

“Nous soutenons d‘éventuelles frappes en Syrie. Nous voulons nous débarrasser du régime. Ils ont utilisé des armes chimiques, ils ont tué des enfants. Ils ont fait de nous des sans-abri, des déplacés. Nous espérons qu’ils nous aideront à faire partir Bachar el-Assad”, dit Wael Ibrahim, un réfugié syrien originaire de Homs.

“On s’attend à ce que le régime évacue ses troupes des bases militaires pour les remplacer par des civils et des prisonniers. Nous voulons d’intenses frappes militaires qui puissent paralyser le régime, le Hezbollah et l’Iran”, estime Abu Hussein, autre réfugié venu de Deraa.

Um Salem, elle, est une Syrienne vivant à Amman : “je ne suis pas d’accord pour des frappes sur la Syrie, même si le régime est coupable. Nous souhaitons une solution pacfique, il y aura plus de morts s’ils mènent une action militaire, ça suffit, la population est complétement démunie”.

Autres réactions en Israël cette fois, depuis plusieurs jours la population s‘équipe en masques à gaz. Des centres de distribution ont été mis en place. L’Etat hébreu se prépare en cas de débordement du conflit. Certains ne cachent pas leur inquiétude. “C’est la panique, car les informations nous disent qu’une attaque est imminente, ce pourrait être aujourd’hui ou ce week-end, et donc tout le monde veut un masque” explique cet habitant de Tel Aviv.

D’autres préfèrent regarder vers le large et profiter de l’instant comme cet instructeur de surf : “la vie continue, tout va bien. L’océan nous attend, les masques à gaz peuvent attendre. Nous les avons à la maison, mais la vie continue”.

Israël se dit prêt à tous les scénarios, mais selon l’armée, la probabilité de tirs syriens contre le territoire israélien est faible.