DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Damas récuse les accusations concernant l'usage des armes chimiques


Monde

Damas récuse les accusations concernant l'usage des armes chimiques

La guerre civile en Syrie est entrée dans une nouvelle phase.
Certains considèrent que l’utilisation d’armes chimiques, qui a entraîné la mort de centaines d’innocents, est une violation des droits de l’homme. Ces massacres particulièrement horribles ont-ils mis la Syrie sur une voie de non-retour ? L’unité de l’Etat syrien se trouve-t-il menacé ? A Damas, les autorités récusent toutes les accusations concernant l’usage des armes chimiques.
Fayçal al-Maqdad est le vice-ministre syrien des Affaires étrangères. Il a accepté de répondre aux questions de Mohamed Abdel-Azim, journaliste à euronews.

Mohamed Abdel-Azim, euronews:
Il y a dix ans, c‘était la guerre en Irak. Aujourd’hui, le monde est tourné vers la Syrie. Plusieurs pays, notamment les Etats-Unis et la France menacent de procéder à des bombardements. Comment cela est-il perçu par les autorités syriennes ?

Fayçal al-Maqdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères:
Le but du colonialisme a toujours été d’affaiblir les Arabes face à Israël. Ce n’est pas une guerre, mais c’est une agression. Et le but de cette agression, c’est d’anéantir toutes les capacités militaires de la Syrie, comme cela a déjà été fait pour l’Irak et comme cela est en train d‘être fait pour l’Egypte. Les autorités syriennes sont prêtes à faire face à cette agression et à mener la guerre. Cette guerre n’a d’autres buts que de prouver que les puissances coloniales, notamment les Etats-Unis et la France, soutiennent Al-Qaïda, Al-Nusra et le groupe “Etat islamique en Irak et au Levant” contre la population syrienne.

Cliquez sur ce lien pour voir la première partie de l'interview

Cliquez sur le lien pour voir la deuxième partie de l'interview

euronews:
Mais le Secrétaire d’Etat américain John Kerry dit avoir des preuves de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne…

Fayçal al-Maqdad:
Ces preuves sont ridicules. Et cela me fait rire. J‘étais ambassadeur de la Syrie auprès des Nations Unies quand monsieur Colin Powell, le secrétaire d’Etat américain en 2003, a sorti un flacon qui contenait une sorte de poudre blanche et il assurait que c‘était là, la preuve d’armes chimiques que le régime irakien était soit-disant sur le point d’utiliser pour exterminer son peuple. On a appris par la suite, que cela ne reposait sur aucune base. Ces allégations étaient totalement fausses. Sauf qu’au final, un demi-million d’Irakiens ont été tués à la suite de ces allégations. Et jamais les Américains ne se sont excusés pour ça !
Là, c’est le même manège qui recommence, exactement de la même manière. Ils mentent en affirmant que ce massacre a été commis par le gouvernement syrien. Ce sont eux-mêmes qui fournissent des armes chimiques à leurs agents déployés en Syrie, à savoir les groupes terroristes armés. Les Etats-Unis ont décidé de les soutenir dès lors qu’ils ont vu que ces terroristes perdaient du terrain.

euronews:
Quelle preuve ont les autorités syriennes pour dire qu’elles n’ont pas utilisé d’armes chimiques ?

Fayçal al-Maqdad:
Nous avons dit publiquement que nous n’utiliserions pas d’armes chimiques contre la population. A ce moment-là, une équipe des Nations Unies était sur place, à quelques dizaines de mètres du lieu où, selon les services secrets américains et occidentaux, des armes chimiques avaient été utilisées. Donc, je confirme que les accusations contre les autorités syriennes sont mensongères. Les Occidentaux veulent juste se prémunir d’une défaite de leurs groupes armés en Syrie, en mettant la Syrie entre les mains d’Israël. Comme je l’ai dit plus tôt, Israël est la cause de tout ce qui arrive en ce moment en Syrie et dans le monde arabe.
Le pouvoir des Frères musulmans, des fondamentalistes et d’Al-Qaïda provient des pays occidentaux. Par leurs actions, ces groupes servent les intérêts des colonialistes dans le monde arabe.

euronews:
Vous mettez en doute les rapports des services de renseignements américains mais nous avons vu des images sur internet et à la télévision qui montrent des familles et des enfants brûlés par des gaz et des armes chimiques. A Damas, avez-vous vu vous-même ces images ?

Fayçal al-Maqdad:
Nous avons vu ces images et cela nous a fait vraiment de la peine. Nous nous sommes dits – et j’espère que c’est évident pour tout le monde – ‘les groupes terroristes ont fait usage de gaz sarin dans le quartier de Khan al-Asal à Alep’. Nous avons la preuve que ces groupes terroristes ont attaqué nos soldats avec des armes chimiques près de Damas, exactement là où les Américains et leurs alliés disent que les troupes syriennes ont fait usage de telles armes. Je peux assurer que ceux qui ont utilisé ces gaz toxiques sont des agents des services secrets américains et leurs alliés. Ce sont ces services qui ont fomenté toute cette opération. En particulier Bandar Bin Sultan qui l’a fabriqué en sa qualité de petit espion au service des Etats-Unis et des services de sécurité occidentaux.
La Syrie est innocente de toutes ces accusations. Nos valeurs nous interdisent de commettre ce genre d’actes. Les images que certains ont vues sont sans doute authentiques mais ceux qui ont fait usage de ces armes chimiques sont les criminels et les terroristes soutenus par les Etats-Unis, la France et les autres.
Al-Nusra, Al-Qaïda et les autres groupes terroristes disent être capables de fabriquer des armes chimiques. La Turquie a démantelé un réseau terroriste qui était en possession de 2 kilo de produits chimiques en provenance de Libye. Le gouvernement irakien a également arrêté des gens qui étaient sur le point de fabriquer des armes chimiques. Tout ceci est de notoriété publique.

euronews:
Est-ce que cela veut dire que vous accusez directement l’Arabie Saoudite ?

Fayçal al-Maqdad:
J’accuse quiconque finance et arme des groupes terroristes dans le but de commettre des crimes. Ce sont eux qui sont responsables des massacres en Syrie. Et l’Arabie Saoudite tient le rôle principal.

euronews:
Quelles seront les conséquences d‘éventuels bombardements sur la Syrie? Vous avez dit que la réaction syrienne se ferait sentir au-delà des frontières…

Fayçal al-Maqdad:
Nous n’allons pas rester les bras croisés, à regarder les Américains et leurs alliés opérer dans la zone. Toute la région sera affectée par ce qui va se passer en Syrie.

euronews:
Y a t-il une possibilité que la Syrie soit en mesure de faire face à des attaques visant des sites stratégiques et sensibles?

Fayçal al-Maqdad: Nous ne sommes pas une super-puissance pour prétendre que nous sommes en mesure d’affronter la machine de guerre américaine mais nous allons résister et défendre l’honneur et la dignité de nos concitoyens tout comme l’intégrité territoriale de la Syrie.

euronews:
Quelles pourraient être les conséquences pour Israël et la Turquie de ces éventuels bombardements ?

Fayçal al-Maqdad:
Là, je m’adresse aux populations à travers le monde. Et je leur dit que tout bombardement ou agression contre la Syrie donnerait du poids supplémentaire à Al-Qaïda et Al-Nusra, des groupes qui n’ont aucune moralité.
La charte des Nations Unies, telle qu’elle a été pensée par les pères fondateurs, y compris les Etats-Unis, interdit toute action en dehors d’une résolution du conseil de sécurité. Elle interdit aux Etats de violer la sécurité internationale et la paix.

50 ans après Martin Luther King, "chacun doit avoir un rêve" d'après Jesse Jackson

Monde

50 ans après Martin Luther King, "chacun doit avoir un rêve" d'après Jesse Jackson