DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Deauville : les hommages et les premières


cinema

Deauville : les hommages et les premières

En partenariat avec

Beau temps sur les planches de Deauville pour le festival qui y célèbre le cinéma d’outre atlantique depuis 39 éditions.

Giovanni Magi, euronews : “A en juger la liste des artistes attendus à Deauville, soit en compétition soit pour un hommage à leur carrière, cette 39ème édition de Festival du film américain promet d‘être particulièrement attirante”.

Michael Douglas et Steven Soderbergh étaient là pour la première du film Ma vie avec Liberace, lequel film était d’ailleurs en compétition à Cannes. Michael Douglas est entré dans la peau du pianiste Liberace : “J’ai eu beaucoup de temps, comme vous le savez je luttais contre le cancer, il a fallu que je repousse le film pendant une année, j’ai donc eu beaucoup de temps pour répéter. J’avais la responsabilité d’interpréter une personne qui avait réellement existé, et c‘était la première fois que je faisais ça”.

De son côté le réalisateur, Steven Soderbergh a annoncé que ce serait là son dernier film : “Mon avenir c’est la télévision. Dans un mois je tournerai une série de 10 heures pour la télévision. Cela s’appelle “The Knick” et ça se passe dans un hôpital à New York en 1900. C’est très divertissant”.

Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, était une bête de scène et des plateaux télévisés. Il la démesure et cultivait l’excès, sur scène et hors scène. Un jour de l‘été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d‘âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans…

Six hommages sont rendus dans cette édition, et notamment à Cate Blanchet.
L’actrice australienne qui s’est principalement produite dans son pays ces derniers temps cherche à revenir sur les planches européennes, peut-être avec Isabelle Huppert dans une adaptation des Bonnes de Jean Genet. C’est ce qu’elle a annoncé à Deauville où elle a aussi inauguré une cabine de bain qui porte désormais son nom.
Euronews lui a demandé quel était son personnage préféré : “J’essaye de ne pas tomber amoureuse de mes personnages. Il s’agit plus de l’expérience d’un film : j’ai adoré travailler avec Ron Howard sur “Les disparues” à Santa Fe. J’ai absolument adoré être à San Francisco avec Woody et son équipe. Et puis le travail avec Todd Haynes…Steven Soderbergh qui était ici. Je travaillerais bien à nouveau avec lui s’il n’avait décidé d’arrêter”.

L’actrice qui s’est fait connaître dans le monde grâce à la trilogie “Le Seigneur des Anneaux” a présenté son premier film avec Woody Allen, “Blue Jasmine”, qui sort le 25 septembre en France.

Autre pointure américaine présente à Deauville Forest Whitaker. L’acteur était là pour la première de son film en France Le Majordome réalisa par Lee Daniels.

Forest Whitaker y incarne le maître d’hôtel noir qui a servi sept présidents américains : “Il y a eu plusieurs niveaux de difficultés pour développer ce personnage. Il y a des choses très spécifiques parce que Lee a effectué cette sorte de voyage sur une si longue période, il y a donc le vieillissement, les expériences. Mais j’ai découvert dans ce processus, qui était un dur travail, beaucoup de joie”.

Le Majordome a été un phénomène aux Etats Unis où il s’est maintenu en tête du box office. Jusqu‘à Barak Obama qui a reconnu avoir écrasé une larme en voyant ce film.

Embrassant plus de 50 ans d’histoire et une dizaine de présidents américains, “Le Majordome” suit la longue carrière, largement romancée, du majordome afro-américain de la Maison Blanche.

De nombreuses stars figurent au générique du film réalisé par Lee Daniels, dont Forest Whitaker et l’animatrice de télévision Oprah Winfrey.

Prochain article

cinema

Le réalisateur de l'Exorciste honoré à la Mostra