DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Paris défend le principe d'une action militaire "collective" en Syrie


France

Paris défend le principe d'une action militaire "collective" en Syrie

Jean-Marc Ayraut a tenté de convaincre ce mercredi l’Assemblée nationale du bien fondé d’une riposte à l’attaque chimique présumée de Bachar al-Assad. Il estime que l’absence de réaction à l’utilisation d’armes prohibées enverrait un très mauvais signal à des pays comme l’Iran et la Corée du Nord. “Si nous ne mettons pas un coup d’arrêt à des tels agissements du régime, il n’y aura pas de solution politique. Quel serait l’intérêt du dictateur Syrien, Monsieur Bachar al-Assad, de négocier tant qu’il croit qu’il peut comme il l’a encore répété au début de la semaine liquider son opposition notamment aux moyens qui sèment la terreur et la mort”, a lancé le chef du gouvernement..

Elle-même divisée, la majorité peine à convaincre le majeur parti de l’opposition. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob : “C’est à l’ONU et à l’ONU seule de nous dire comment et par qui les gaz on été utilisés. Tout, en Syrie comme en Irak il y a dix ans, converge pour que la France fasse entendre la voix de la légitimité internationale. Rien ne justifie un changement de pied aussi radical de notre diplomatie politique et militaire”.

74% des Français seraient favorables à un vote du Parlement sur cette épineuse question. Une option déjà écartée par le gouvernement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : Le Premier ministre français défend le principe d'une action militaire "collective"