DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Perpignan, les 25 bougies de Visa pour l'image

Vous lisez:

Perpignan, les 25 bougies de Visa pour l'image

Taille du texte Aa Aa

Visa pour l’image, un quart de siècle que le grand rendez-vous du photo journalisme ouvre ses portes à Perpignan. Depuis 1989 un couple n’a manqué aucune édition : “On est plus informés par “Visa” qu’on l’est parfois par des journaux télévisés – c’est vrai – et il y a une ambiance très sympathique’.

Un festival qui témoigne du chaos du monde, à la limite du soutenable comme l’explique le directeur du festival Jean-François Leroy :

“On fait un mélange entre des photos dures, des photos qui sont parfois difficiles à soutenir, à regarder mais c’est la réalité du monde – je dis toujours : ce ne sont pas les photos qui sont difficiles à regarder, ce sont les situations qu’elles enregistrent”.

Comme la situation en Syrie où le conflit depuis ma 2011 a fait 100 000 morts, donc 25 journalistes.

Rafael Fabres est un journaliste freelance
qui vit à Rio et qui travaille depuis deux ans maintenant sur un projet intitulé pacification. Il suit des unités de la police créées dans l’optique de la coupe du monde pour sécuriser les favelas…

Visa pour l’image se tient jusqu‘à la mi septembre.