DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Etat néerlandais responsable de la mort de 3 hommes à Srebrenica


Pays-bas

L'Etat néerlandais responsable de la mort de 3 hommes à Srebrenica

Les Pays-Bas reconnus responsables de la mort de trois musulmans à Srebrenica. Ces trois hommes avaient été chassés de la base des Casques Bleus néerlandais en juillet 1995, ils furent ensuite tués par les Serbes de Bosnie. La cour de Cassation néerlandaise a estimé qu’il serait “inacceptable” que l’Etat ne soit pas jugé pour les agissements de ses forces armées.

“En conséquence, la Cour Suprême rejette la motion de l’Etat dans les deux affaires. Le verdict de la Cour d’appel reste donc inchangé”, a déclaré Floris Bakels, le président de la Cour.

Les proches des trois hommes ont laissé éclater leur joie.
Parmi eux la fille de Rizo Mustafic, l‘électricien de la base néerlandaise alors sous l‘égide de l’Onu, ainsi que l’interprète du bataillon. Pour Hasan Nuhanovic, ce verdict marque la fin d’une décennie de lutte. Il avait saisi la justice néerlandaise en 2003. Son père et son frère sont les deux autres victimes.

“Nous avons gagné une bataille juridique. Elle a duré très longtemps : 10 ans. J’y ai laissé mon temps et ma santé, mais nous sommes enfin arrivés au bout”, a-t-il indiqué.

A l’instar des “Mères de Srebrenica” – l’organisation qui regroupe les proches des 8000 hommes tués en 1995 dans l’enclave bosniaque – nombreux sont ceux qui espèrent que cette décision va faire jurisprudence.

“La conclusion, c’est que le drapeau de l’Onu ne donne d’immunité ni aux Etats, ni aux soldats en tant qu’individus, a estimé Liesbeth Zegveld, l’avocate d’Hasan Nuhanovic.

C‘était pourtant la ligne de défense des Pays-Bas qui rejettent la responsabilité sur les Nations Unies.

En juillet 1995, les Serbes de Bosnie avaient pris l’enclave de Srebrenica dans laquelle des milliers de musulmans bosniaques s‘étaient réfugiés. 8000 hommes et garçons furent abattus par les troupes de Ratko Mladic. Une enclave que les Casques Bleus néerlandais étaient censés protéger.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Baden-Württemberg, laboratoire des Verts allemands