DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les leaders du G20 restent désunis sur la Syrie


Syrie

Les leaders du G20 restent désunis sur la Syrie

Rien ne permet de réchauffer l’ambiance à St Pétersbourg. L‘éventuelle intervention militaire cristallise toutes les tensions, notamment entre Vladimir Poutine et Barack Obama. La mini-guerre froide entre russes et américains a même connu un nouvel épisode. Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel a accusé Moscou d’avoir fourni des armes chimiques au régime d’Assad. Le chef de l’Administration du Kremlin, Sergueï Ivanov lui a répondu en contestant avec vigueur : “J’ai d’abord entendu le chef du Pentagone déclaré que la Russie avait fourni des armes chimiques en Syrie, puis il s’est corrigé en disant que ce n‘était pas des armes chimiques, mais les moyens de les développer et de les produire. Excusez-moi si je perds mon sang-froid, mais tout ceci n’est que foutaise et pure foutaise”.

La Syrie est également le thème dominant d’un sommet informel à Vilnius en Lituanie qui réunit les ministres européens de la défense et des Affaires étrangères jusqu‘à demain.

Pour Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, “il ne s’agit plus de contester la nature même de cette attaque chimique mais dit-elle en s’appuyant sur plusieurs entretiens avec d’autres pays, de savoir qui en est l’auteur car certaines voix sont discordantes”.

John Kerry, le secrétaire d’Etat américain sera présent à Vilnius pour convaincre les Européens de soutenir une intervention militaire ciblée dans le sillage de Washington et Paris. Une tâche qui s’annonce très ardue.

A lire aussi:



Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le parlement ukrainien fait un pas vers l'Europe mais le chemin est encore long