DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

G20 de St-Pétersbourg : la Syrie divise, la lutte contre l'évasion fiscale réconcilie


Russie

G20 de St-Pétersbourg : la Syrie divise, la lutte contre l'évasion fiscale réconcilie

Un rapprochement de quelques secondes, à l’heure de la photo de famille.
Le G20 de Saint-Pétersbourg ne se clôture pas pour autant sous le signe de l’union.
Sur fond de crise diplomatique, les grands de ce monde se sont désagrégés sur le dossier syrien.
Si onze d’entre eux ont condamné le bombardement à l’arme chimique du 21 août, le document final ne dit rien sur la nature d’une réponse internationale.

Absolument opposés sur une éventuelle intervention militaire, Washington et Moscou ont campé sur leurs positions. Paris a temporisé, François Hollande conditionnant sa décision aux résultats des enquêtes des experts de l’ONU.

Les sujets économiques se sont toutefois révélés plus fédérateurs.
Le Groupe des 20 a notamment salué les signes de reprise, aux Etats-Unis et dans une moindre mesure, en Europe, tout en affichant la prudence :
la volatilité des marchés émergents ne permet pas encore d’annoncer la fin de la crise.

“Nous nous accordons pour renforcer la coordination, a déclaré la patronne du FMI Christine Lagarde.
Nous espérons tous que la zone Euro est à un tournant, que l’on s’oriente vers la stabilisation, et que la reprise sera là, bien ancrée, pour générer ces emplois dont l’Europe a tant besoin.”

Les pays du G20 se sont par ailleurs engagés à mettre en place un système automatique d‘échange de données, pour lutter contre l‘évasion et la fraude fiscales internationales.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Les Australiens appelés à désigner leur Premier ministre