DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Deauville, le palmarès et des stars

Vous lisez:

Deauville, le palmarès et des stars

Taille du texte Aa Aa

La 39e édition du Festival du film américain de Deauville a couronné samedi soir un film sur des écologistes extrémistes. Le Grand prix du jury a ainsi été attribué à “Night Moves” de Kelly Reichardt.

Le film met en scène l’histoire de trois écologistes radicaux, Josh, Dena et Harmon, convaincus de la nécessité de passer à l’action extrême pour défendre leur cause.

Le Prix du jury est revenu à deux films ex aequo, “All is lost”, où Robert Redford incarne un navigateur confronté aux éléments déchaînés au milieu de l’océan Indien, et “Stand clear of the closing doors”.

Il s’agit du second long métrage de Sam Fleischner, sur l’errance d’un adolescent autiste dans le métro de New York à l’approche de l’ouragan Sandy.

Quelque 14 films étaient en compétition pendant ce festival qui compte aussi des ateliers, des tables rondes et autres attractions pour fans de cinéma.

La compétition fait la part belle aux productions indépendantes et aux nouveaux talents. Mais le charme du festival du cinéma américain c’est aussi la présence de célébrités et de stars hollywoodiennes.

Cette 39e édition a été marquée par la présence de nombreuses stars à commencer par John Travolta très attendu par ses fans : “Je ressens une dévotion du public depuis de nombreuses années. C’est très agréable de voir que les chos

Giovanni Magi, Euronews :

“Vous avez récemment souvent joué le rôle du mauvais garçon. C’est un personnage qui vous convient ?”

John Travolta :

“Je me sens bien avec quelques chose de bien écrit. Que le personnage soit un bon ou un méchant peu importe. Ce qui est plus important c’est la qualité de la communication. Si elle est bonne alors je suis content”.

Dans Killing Season deux vétérans de la guerre de Bosnie (Travolta donc et De Niro) se pourchassent l’un l’autre dans un mortel jeu du chat et de la souris.

Autre star sur le tapis rouge de Deauville Tilda Swinton. L’actrice britannique joue un leader implacable dans le film Le transperceneige présenté en avant première.

Tilda Swinton : “Je crois qu’il y a une réelle tradition pour présenter tels des clowns de grands leaders grandiloquents. Parfois ils jouent un peu des clowns, comme avec Kadhafi avec ses photos, ses médailles. Je pensais aussi à d’autres réalisateurs comme Charlie Chaplin et le Dictateur qui prenaient ces leaders grandiloquents avant d’en faire des jouets”.

Le Transperceneige est l’adaptation signée Bong Joon-Ho de la bande dessinée éponyme de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette. Publiée dans A Suivre lors de sa grande époque en 1982 83 il s’agit de science-fiction post-apocalyptique où des survivants s’affrontent dans le train où ils survivent.