DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : Obama salue la proposition russe, la perspective de frappes s'éloigne


Syrie

Syrie : Obama salue la proposition russe, la perspective de frappes s'éloigne

Avant un discours à la Nation très attendu ce mardi soir, Barack Obama semble adhérer à la proposition russe de placer l’arsenal chimique syrien sous contrôle international. De fait, la perspective d’une intervention militaire s‘éloigne. Interrogé sur la chaîne américaine ABC sur la possibilité d’une “pause” dans le cheminement vers des frappes, au cas où les armes chimiques seraient sécurisées, il répond positivement, “tout à fait, si cela se produit”. Le président américain souligne aussi qu’il ne faut pas baisser la garde et que sans menaces crédibles de frappes militaires, la situation n’en serait pas là. “Je veux m’assurer que cette norme contre l’usage d’armes chimiques est maintenue” dit-il, “c’est dans notre intérêt. Si nous pouvons y arriver sans frappes, alors je préfère largement”.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a crée la surprise hier en proposant à Damas de placer son stock d’armes sous contrôle international et de le détruire. Depuis les réactions favorables se multiplient. L’Iran, la Chine, bien sûr, mais aussi plusieurs pays européens, y compris la France, même si la prudence reste de mise. Paris réclame ainsi “des engagements précis, rapides et vérifiables” de la part de Damas.

A lire aussi :



Côté syrien, l’opposition a en revanche rejetté l’initiative et dénoncé une “manoeuvre politique”. Pour sa part, le régime de Bachar al-Assad a salué la proposition russe sans confirmer son accord.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Iran : 44 morts dans la collision de deux autobus