Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Catalogne : la route de l’indépendance est encore longue

11/09/13 16:07 CET

Onze septembre 2011, un million de personnes descendent dans les rues de Barcelone pour réclamer l’indépendance de la Catalogne. C’est un énorme succès pour les organisateurs, car la région compte 7,5 millions d’habitants. Surtout la manifestation montre que le modèle de gouvernement autonome en vigueur depuis le retour de la démocratie en Espagne s’essouffle.

Cette poussée indépendantiste intervient dans un contexte de grave crise économique dans une région réputée comme la plus riche d’Espagne.

Le taux de chômage se monte à 23,85%. Sa dette au premier trimestre de l’année est de 51 milliards d’euros. La Catalogne a du se résoudre à demander 9 milliards d’euros au fond espagnol d’aide aux régions.

Or le gouvernement catalan dénonce un traitement défavorable de la région. Notamment d’un point de vue fiscal, la Catalogne donne plus à l’Etat central qu’elle ne reçoit, un déficit qui se monterait à 16 milliards d’euros par an.

Comme le rappellait le président catalan Artur Mas en début d’année :
“La Catalogne, est, aujourd’hui, parmi tous les territoires espagnols, et ce plus de 30 ans après l’avènement de la démocratie, celui qui contribue le plus au PIB, à la croissance économique, et pourtant c’est le territoire qui a le moins d’infrastructure publiques”.

Suite aux élections catalanes de novembre 2012, la gauche indépendantiste ERC devient la deuxième force politique de Barcelone. Son dirigeant, Oriol Junqueras, fixe le cap :
“Le peuple de Catalogne s’est exprimé. Et il a voté précisemment en faveur de la poursuite du processus qui doit mener à l’indépendance”.

Le président sortant de la région, Artur Mas, et sa coalition de droite CiU sort affaibli des élections. Il doit alors composer avec les autres forces politiques indépendantistes. En échange de son soutien, l“ERC exige un referendum sur l’independance en 2014.

Selon un sondage realisé debut septembre, le oui obtiendrait 52,3% des suffrages. Un chiffre en hausse depuis 2012, tandis que les partisans du non reculent pour s‘établir à 24,1%.

Or Artur Mas entretient le doute. Il affirme qu’il négocie pour convaincre Mariano Rajoy.
Il aurait même rencontré le Premier ministre en secret le mois dernier, un Premier ministre que l’on dit toutefois farouchement opposé à un tel référendum.

Plus d'actualités sur :