DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crise diplomatique entre le Japon et le… Canard enchaîné


monde

Crise diplomatique entre le Japon et le… Canard enchaîné

L’hebdomadaire satirique français le Canard enchaîné a provoqué la colère du gouvernement japonais en publiant deux caricatures dans son édition de mercredi. Les deux dessins établissent un lien entre l’attribution des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo et la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Le porte-parole du gouvernement nippon, Yoshihide Suga, a déclaré lors d’un point de presse que « ce genre de caricatures blesse les sinistrés de la catastrophe du 11 mars 2011 et véhicule des informations fausses sur le problème de l’eau radioactive à la centrale de Fukushima Daiichi. C’est extrêmement regrettable ». « Nous avons l’intention d’adresser un message de protestation au Canard Enchaîné via l’ambassade du Japon à Paris », a-t-il également ajouté.

L’une des deux caricatures incriminées est l’œuvre du dessinateur Cabu, qui croque deux sumotoris gringalets, l’un pourvu de trois bras et l’autre de trois jambes. La centrale de Fukushima trône derrière eux. Un commentateur sportif, en combinaison antiradiation, fait face aux deux lutteurs et s’exclame : « Marvellous, grâce à Fukushima, le sumo est devenu discipline olympique ». Les Français pourront reconnaître le sémillant Nelson Monfort, journaliste de France Télévisions, réputé pour sa maîtrise du « franglais ».

Le second dessin, intitulé « JO de 2020 au Japon, la piscine olympique est déjà construite à Fukushima » est signé Mougey. Il représente deux hommes en tenue antiradiation devant une piscine. L’un d’eux, compteur Geiger en main, conclut : « on va peut-être réautoriser la combinaison pour les nageurs ».

Ces traits d’humour ne sont pas du tout appréciés par les ressortissants du pays du soleil levant. Une journaliste japonaise, contactée par l’AFP, explique ainsi qu’« il y a des gens qui ont réellement subi l’impact des radiations et ce genre de dessins les blesse ». Elle ajoute également que « cela provoquerait un énorme scandale s’ils étaient publiés dans la presse nippone ».

Prochain article

monde

France : disparition du généticien Albert Jacquard