DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : nouveau record pour le taux de chômage à 27,9%


économie

Grèce : nouveau record pour le taux de chômage à 27,9%

Le taux de chômage en Grèce a atteint un nouveau record en juin, à 27,9% sur un an, affectant toujours très fortement les jeunes, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Depuis près de six ans en récession la Grèce continue d‘être le pays de la zone euro le plus touché par le chômage.

Il touche donc 27,9% de la population active grecque et près de 59% des jeunes de moins de 24 ans.

Le gouvernement grec vante quotidiennement l’amélioration de la situation économique, mais le chômage continue sa progression.

“Malheureusement ce que je vois autour de moi c’est que les choses empirent affirme Nikoletta Argiogitis une professeure d’anglais âgée de 29 ans, sans emploi. De plus en plus de gens perdent leur travail. Les salaires sont réduits. Je ne sais pas ce qui va se passer”.

“Je suis en train de me demander si je ne vais pas quitter la Grèce, explique Dimitris un chômeur de 33 ans. Je suis déjà parti à l‘étranger pour mon master mais j’avais décidé de revenir au pays pour trouver un travail. Mais maintenant c’est probable que je vais repartir à Berlin oú j‘étais allé”.

Chaque jour il y a des manifestations à Athènes. Devant le ministère de la Santé, les fonctionnaires du secteur ont protesté jeudi contre les coupes décidées dans les effectifs de la fonction publique par le gouvernement.

Malgré une excellente saison touristique qui a redonné le moral aux acteurs du secteur hôtellerie-restauration en Grèce, la contraction de l‘économie grecque est attendue à 4,2% cette année.

Le gouvernement Samaras espère un excédent budgétaire primaire pour 2013. Primaire c’est à dire hors remboursement de la dette. Pour lui ce serait un bon signe de sortie de crise.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Zone euro : baisse surprise de la production industrielle