DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Allemagne : les faiseurs de rois


Allemagne

Allemagne : les faiseurs de rois

La défaite cuisante de l’allié naturel de la CDU en Bavière a rendu incertaine une coalition noir-jaune a Berlin. Les libéraux du FDP, auquel appartient le ministre de l’Economie sortant, Philipp Rösler, ont été éjectés du parlement régional ce dimanche, enchaînant leur sixième déroute en 2 ans et demi.

Pour tenter de s’assurer l’entrée au Bundestag, le FDP pourrait demander aux électeurs de voter pour leur liste tout en votant aussi pour le candidat de la CDU sur le même bulletin, comme le prévoit le scrutin législatif allemand.

Mais voilà, cela pourrait affaiblir le parti de Merkel, et la CDU est bien décidée à tout faire pour que son électorat se mobilise en son unique faveur. Le candidat du FDP en semble bien conscient.

“Il est bien légitime que madame Merkel veuille les deux voix. Helmut Kohl, lui non plus, n’avait pas appelé à donner la seconde voix au FDP, il avait juste dit qu’il voulait un gouvernement de centre” a rappelé Rainer Brüderle.

Autre parti traditionnellement faiseur de roi, ce sont Les Verts. Or, les derniers sondages signalent une chute en dessous de 10%, il faut savoir que le parti propose une hausse d’impôts, ce qui n’est jamais très populaire. Mais Jürgen Trittin, tête de liste, n’est pas inquiet:

“C’est normal, dans toutes les campagnes des Verts. Depuis 20 ans que je fais des campagnes c’est ainsi. Au début, ça commence tres fort et après, ça descend, mais à la fin on remonte.”

Si les résultats sont bons pour les Verts le 22 septembre, que comme prévu la CDU de Merkel l’emporte, mais sans l’entrée des Libéraux au parlement, les écologistes seraient-ils prêts à une coalition noir-verte? A cela Katrin Göring-Eckardt, la candidate tête de liste des Verts répondait à Euronews :

“Je crois qu’un gouvernement doit être stable et travailler la même direction. Parce qu’avec des tiraillements dans des directions différentes, on n’arrive à rien. A ce jour, je ne peux pas imaginer que la CDU puisse aller si loin.”

Die Linke, c’est encore un autre parti qui pourrait faire un relativement bon score, autour de 10%. Un score qui pourrait le placer en faiseur de roi, mais la direction du parti de la Gauche l’a complètement écarté, préférant se concentrer sur leur programme :

“Nous voulons un salaire minimum de 10€ de l’heure et l’abolition du système Hartz IV sur les allocations chômage sous conditions a martelé Katja Kipping. D’abord, il faudrait faire passer l’allocation minimum à 500€ et nous demandons aussi une allocation minimale sans conditions. Tout financé par un impôt sur les plus riches.”

Die Linke, surtout implantée en ex-rda, s’est hissé à la troisième place dans un sondage. En additionnant les intentions de votes, SPD, Verts et Gauche pourraient devancer la CDU. Mais cette coalition à gauche semble très, très improbable.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Costa Concordia: une opération de redressement plus longue que prévu