DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Washington, la police cherche à comprendre


monde

A Washington, la police cherche à comprendre

Au lendemain de la fusillade de Washington qui a coûté la vie à 12 personnes, 13 avec le tueur, les employés de la Marine américaine sont revenus
sur les lieux du drame pour reprendre leur poste. L’accès était restreint au personnel indispensable, afin de faciliter le travail du FBI. Le ministre de la Défense Chuck Hagel a quant à lui rendu hommage aux victimes devant le mémorial de la Marine.

La police recherche désormais les motivations du tueur. Un homme au passé tourmenté. Aaron Alexis, 34 ans, était connu pour pratiquer la méditation, mais aussi pour ses accès de colère. La Marine, où il a servi quatre ans, lui reprochait plusieurs cas de d’insubordination.
Dans ce restaurant du Texas où Aaron a travaillé, un de ses amis explique qu’“il n’a jamais montré aucun signe de colère ou d’agressivité. Je ne sais pas, rajoute Oui Suthamtewakul, il devait être déprimé, à cause de son boulot ou autre chose…”

Lundi matin, lourdement armé, et avec son badge d’accès, Aaron est entré dans le bâtiment de l’US Navy. Depuis la semaine dernière il intervenait ici pour une société informatique. En juillet et août il avait travaillé dans d’autres sites militaires, sans problème. A 8h20 il a ouvert le feu, tuant 12 personnes avant d‘être abattu.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Merkel appelle au vote utile, à cinq jours des élections