DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Drame de la chasse sans précédent en Autriche

Vous lisez:

Drame de la chasse sans précédent en Autriche

Taille du texte Aa Aa

Les autorités ont confirmé la mort d’un braconnier qui avait tué trois policiers et un secouriste hier lors d’une tentative d’interpellation dans une ferme à une centaine de kilomètres de Vienne.

Les forces spéciales ont encerclé pendant plusieurs heures la maison de cet individu, apparemment lourdement armé. “Les policiers ont souhaité ouvrir la porte” d’une pièce cachée, mais “le feu avait pris”. Lorsque l’incendie a été maîtrisé, “le corps d’un homme a été découvert carbonisé ce qui laisse penser à un suicide”, comme l’explique le porte-parole de la police régionale.

Les forces spéciales étaient intervenues dans la nuit de lundi à mardi pour procéder à son arrestation. Elles avaient fait appel aux chars de l’armée en soutien.

Mais l’opération a tourné au drame. Le forcené a tué d’abord deux policiers et un secouriste. Puis il a pris en otage un troisième policier qu’il a abattu dans son véhicule de patrouille.

Les médias autrichiens en font presque tous leur une aujourd’hui. oe24.at publient notamment de nombreuses photos.

Alois Huber, âgé de 55 ans dirigeait une petite entreprise de transports. Il était soupçonné depuis des années d’actes de braconnage et ses relations avec les autres chasseurs étaient exécrables. Il avait d’ailleurs perdu son permis de chasse à la suite d’une bagarre avec certains d’entre eux.

Ses motivations restent vague. Il avait commencé à braconner en 2005, peu après la mort de sa femme. Il vivait seul, sans enfant, avec son chien, qu’il a abattu avant de mourir. “Il avait commencé il y a quelques semaines à dire qu’il avait des problèmes. Qu’il avait un autre “je” ou quelque chose de ce genre (…) Je crois qu’il se sentait schizophrène” a tenté d’avancer un des amis dans le journal du Kurier.

Sur place, ont été retrouvé, selon les informations du Kurier, une douzaine de plaques d’immatriculation volées et de nombreux fusils de chasse, probablement volés eux aussi.

Près de 350 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés dans cette opération inédite.