DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Grand Palais braque ses projecteurs sur Braque


le mag

Le Grand Palais braque ses projecteurs sur Braque

En partenariat avec

Dans les coulisses du Grand Palais à Paris, on s’active pour préparer une rétrospective majeure de cet automne. Celle consacrée au peintre français Georges Braque, mort il y a 50 ans.

Il a fallu 2 ans pour rassembler 260 œuvres en provenance de 23 pays différents. Des œuvres présentées comme un parcours chronologique pour valoriser les temps forts du travail de Braque. Tout d’abord 1906 : le fauvisme.

“C’est une introduction formidable à sa création parce qu’il va être un très grand peintre de paysages, un très grand coloriste”, explique Brigitte Léal, commissaire de l’exposition. “Ce sont des tableaux qui explosent de couleurs, des couleurs, qui n’ont rien à voir avec des couleurs naturelles du paysage et c’est là qu’on voit qu’il y a une véritable invention.”

En 1907, Georges Braque rencontre Pablo Picasso. Le Français est aussi discret que l’Espagnol peut être exubérant. Mais de leur collaboration naît le cubisme.

“Braque a très bien dit dans ses souvenirs : “Nous avons partagé une aventure commune, nous étions comme une cordée en montagne”. Cela veut dire que chaque avancée de l’un était épaulée par l’avancée de l’autre”, souligne Brigitte Léal. “Ils avaient dit à leur marchand commun qu’ils ne voulaient plus signer leurs tableaux pour qu’on ne puisse plus identifier quel tableau était de la main de l’un et de la main de l’autre”.

Leurs routes se séparent avec la Première guerre mondiale. A son retour du front, Georges Braque poursuit ses recherches loin des modes et des salons parisiens. Il invente la technique des papiers collés, introduisant dans ses tableaux des morceaux de cartons, de journaux.

Il travaille inlassablement la matière, en ajoutant par exemple de la terre sur sa palette. Ses effets de matières, on les retrouve notamment dans la célèbre série des oiseaux, peinte à la fin de sa vie.

Braque n’a sans doute pas la renommée qu’il mérite. Dans les pas de Paul Cézanne ce précurseur a marqué l’histoire de la peinture du XXème siècle.

Prochain article

le mag

Gogolfest, le festival déjanté ukrainien