DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise fait le lit du parti néonazi "Aube dorée"

Vous lisez:

La crise fait le lit du parti néonazi "Aube dorée"

Taille du texte Aa Aa

La svastika et des symboles d’inspiration nazie affichés en plein jour à Athènes. C’est sur les façades des siéges de l’Aube dorée, un groupe néonazi sorti de l’ombre à la faveur de la crise économique grecque.

En juin 2012, 18 membres de l’Aube dorée ont fait leur entrée au Parlement à Athènes. En à peine trois ans le parti d’extrême droite, fondé par Nikolaos Michaloliakos, passe de 0,29% des voix à près de 7 %. Depuis il a dépassé les 10 % selon les sondages, devenant la troisième force politique la plus populaire du pays.

Au parlement, ils n’hésitent pas à se comporter comme des hooligans de la politique, recourant à l’insulte voire plus grave. Après avoir traité de ‘troupeau de chèvres’ les membres de Syriza, un député de l’Aube Dorée Panayiotis Iliopoulos s’est fait expulser en proférant des ‘Heil Hitler”.

Nikos Michaloliakos qui a fondé son parti dans les années 80 a su exploiter le dégoût des Grecs pour les affaires de corruption, au rythme de discours enflammés ponctués de gestes nazis : «Ils nous ont traités de nazis, une fois deux fois dix fois, mais ils ne peuvent pas nous traiter de voleurs. Ces mains peuvent faire ce genre de salut, mais ces mains sont propres, elles ne sont pas sales, elles n’ont rien volé”.

Comment ce groupe qui se réclame du “nationalisme social” a-t-il pu s’attirer autant de soutiens alors que la Grèce a subi l’occupation nazie. Une des raison, c’est leurs opérations de distribution de nourriture en pleine rue, mais seulement à ceux qui ont une pièce d’identité grecque.

Autre action du groupe néonazi : cibler les immigrants sans papiers en se substituant à la police. Ici une cinquantaine de membres, dont certains députés de l’Aube Doré, demandent leur autorisation de séjour à des vendeurs sur le marché de Rafina le 7 septembre 2012. Ceux qui n’ont pas les papiers voient leur stand détruit. La Grèce est la principale porte d’entrée de sans papiers dans l’UE (80%) et les immigrants représentent 10% de la population .