DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le "Docks Art Fair" de Lyon attire visiteurs et acheteurs


le mag

Le "Docks Art Fair" de Lyon attire visiteurs et acheteurs

En partenariat avec

“Docks Art Fair”, ou foire internationale d’art contemporain… Un événement rattaché à la Biennale
d’Art Contemporain de Lyon depuis 4 éditions.

Le principe: 31 galeries sélectionnées proposent, chacune, une exposition d’un artiste français ou étranger. Cette année, du 10 et 15 septembre, des artistes de 12 pays du monde entier ont été exposés.

Ce propriétaire d’une galerie est bien conscient de l’influence positive de la Biennale sur le succès du Docks Art Fair.

Georges Verney-Carron, propriétaire de galerie: Je crois que la communication globale qui est faite autour de la Biennale, qui ammène quand même beaucoup du monde c’est une situation très, très favorable; on a des collectioneurs du monde entier, on a la presse du monde entier qui vient a Lyon – c’est quelque chose d’exceptionnel, on n’a pas ça tous les jours en matiere d’art.

Cette année pour la première fois, la foire a quitté sa structure éphémère et élu domicile à la pointe de la Confluence et à 100 m de La Sucrière.
Cette position centrale offre aux exposants une meilleure visibilité.

Pour tirer leur épingle du jeu, certains misent sur des artistes s’inspirant de la vie quotidienne.
Des paquets de cigarettes aux caddies de supermarché, tout est prétexte à la création.

Anthony Phuong; propriétaire de galerie: Cet artist anglais que je represent qui s’appele Luke Newton a un rapport avec le public imediat, meme avec des collectioneur on va dire novice ils arrive tout de suite a comprendre le message, donc – Qui c’est qui me concern j ai reussi a vendre.

Réussir à vendre… Pas suffisamment pour certains professionnels, pour qui l’art reste encore trop souvent cantonné aux expositions et au papier glacé des magazines. Ils plaident pour une autre éducation artistique.

Laurent Godin; propriétaire de galerie à Paris: J ai l’impression que le marché à Lyon est assez peu développé finalement, et c’est un peu domage. Il me semble qu’il y a un travail à faire pour familiariser un public au fait que l’art c’est aussi une chose avec laquelle on peut vivre. On peut changer sa vie en mettant des œuvres chez soi.

Pour les galeries de la région, le “Docks Art Fair” est un moyen de se faire connaître et de faire des affaires.

Pour l‘édition 2011, les participants à la foire ont annoncé un chiffre d’affaires cumulé de près de 1, 5 million d’euros. 8500 visiteurs environ avaient été recensés.

Prochain article

le mag

Le Grand Palais braque ses projecteurs sur Braque