DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kenya: carnage et prise d'otages dans un centre commercial de Nairobi


Kenya

Kenya: carnage et prise d'otages dans un centre commercial de Nairobi

Au Kenya, la prise d’otage se poursuivait cette nuit, dans le centre commercial de Nairobi, plusieurs heures après le début de l’attaque, perpétrée par des shebab somaliens.

Cette attaque a déjà coûté la vie à 39 personnes. Parmi les victimes, deux Françaises, deux Canadiens, dont une diplomate.

Il y a également près de 150 blessés.

Le bilan pourrait encore s’alourdir puisque les assaillants sont toujours retranchés dans le centre commercial, et qu’ils détiennent encore un nombre indéterminé d’otages, dans différents endroits du bâtiment.

“J’ai vu un gars, un arabe, plutôt costaud, raconte un témoin. Ce n‘était pas un Somalien, mais un arabe. Il tenait un pistolet. Peu après, je l’ai vu changer de vêtements. Une fois qu’il s’est changé, il s’est planqué. Quand les forces de l’ordre sont venues à notre secours, le type est sorti avec nous”.

Tout a commencé à la mi-journée. Une dizaine d’assaillants masqués ont fait irruption dans le “Westgate Mall”, ce centre commercial plutôt chic de la capitale kenyane. L’endroit est fréquenté par des expatriés et par des familles aisées de Nairobi. Ils ont ouvert le feu à l’arme automatique et à la grenade.

Des témoins racontent que ces hommes armés auraient épargné les musulmans.

Le site a été bouclé par les forces de l’ordre, qui progressent lentement dans le bâtiment pour tenter de neutraliser les assaillants.

Les assaillants, justement : il s’agirait d’hommes affiliés aux shebab somaliens, proches d’Al-Qaïda.

Des responsables des shebab ont revendiqué cette attaque, dans la soirée. Ils disent vouloir punir le Kenya pour son intervention militaire en Somalie contre les islamistes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le président Kenyatta condamne l'attaque "terroriste" de Nairobi