DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Shebabs, des hommes jeunes et sans pitié

Vous lisez:

Les Shebabs, des hommes jeunes et sans pitié

Taille du texte Aa Aa

Leur nom signifie “jeunesse”. Ils sont issus de la branche la plus dure de l’Union des tribunaux islamiques actifs créée en 2006 en Somalie, qui milite pour l’instauration de la charia. Placés sur la liste officielle des organisations terroristes par de nombreux pays, ils contrôlent à partir de 2008 une large partie du pays.

Mais en 2011, les troupes gouvernementales, aidées par l’Union Africaine et le Kenya les repoussent et les obligent à se replier. Le Kenya fera plusieurs incursions à la frontière et en Somalie même, et les islamistes affirment aujourd’hui s‘être vengés.

“Les Shebabs ont répété depuis octobre 2011 qu’ils refusaient la présence des soldats kenyans en Somalie par le Kenya, depuis l’incursion du Kenya en Somalie, en octobre 2011. A ce moment là, les Shebabs ont menacé le Kenya de le frapper sur son sol” explique Tom Maliti analyste

Leur nom: Al-Shabbaab. Leur chef actuel: Ahmed Abdi Godan dit “Abu Zubeir”. Apparus en 2006, ils ont rallié Al Qaeda en février 2012. Ils seraient entre 7 et 9000.

Plusieurs attentats sont à leur actif, dont Kampala en Ouganda en 2010, pendant la finale de la coupe du monde. 76 morts. Et en Somalie : février 2009, un attentat contre une base de l’union africaine: 11 morts. Octobre 2011, un attentat suicide: 70 morts. Et en avril 2013, un raid contre un tribunal: 29 morts.

C’est la deuxième fois seulement que les Shebabs frappent en dehors de Somalie, et la première fois que ce mode opératoire est utilisé. D’après des survivants du Mall, ils sont très jeunes, sans pitié,animés par un esprit de vengeance.

Si tous semblent avoir le même objectif, les luttes internes font rage au sein du mouvement depuis plusieurs années.

Des fractures profondes existent entre les “nationalistes” qui veulent s’emparer du pouvoir en Somalie d’un coté, et les partisans d’un djihad international de l’autre, qui eux souhaitent porter le combat au delà des frontières de l’Afrique.