DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mars : dernières nouvelles de la planète rouge


science

Mars : dernières nouvelles de la planète rouge

En partenariat avec

Mais où se cache le méthane sur la planète Mars?

Les relevés du rover Curiosity de la NASA indiquent en effet que l’environnement martien manque de méthane, or des relevés antérieurs indiquaient eux, des détections positives.
Le laboratoire ambulant à la surface de la planète rouge a mené à bien des recherches extensives pour tracer ce gaz. Un gaz très important car sa présence révèlerait un potentiel signe de vie.

Le rover s’est posé en août 2012, son objectif ? Déterminer si la planète rouge possède ou a possédé un environnement chimique et des conditions favorables à une vie microbienne. Lors de cette dernière décennie les chercheurs qui utilisent des satellites en orbite autour de Mars ou des télescopes terrestres ont fait état de traces de méthane dans l’atmosphère martienne. Et c’est désormais un véritable débat qui s’est engagé sur la question…

On pourrait en savoir plus avec la mission spatiale indienne intitulée MOM pour Mars Orbiter Mission. Le lancement doit être prévu à la fin du mois d’octobre. La mission qui doit explorer l’existence de la vie sur Mars et la possibilité d’une installation durable sur la planète doit voyager pendant 10 mois dans l’espace avant d’atteindre son objectif.

Mylswamy Annaduraï, directeur de la mission indienne Mars Orbiter :
“En ce qui concerne les instruments scientifiques nous avons des caméras couleurs pour dresser une cartographie de la planète sous plusieurs angles. Ensuite nous avons des détecteurs de méthane pour essayer de comprendre si on est ou non en présence de méthane. Et ensuite nous avons des caméras thermiques à infrarouge pour obtenir les caractéristiques thermiques de la surface de la planète Mars ».

Selon les chercheurs indiens, le satellite est dans sa phase finale de tests. Il fait déjà l’objet de critiques, trop ambitieux pour certains. Pour d’autres son orbite prévue hautement elliptique le maintiendra la plupart du temps éloigné de Mars et sa charge utile de 25 kilos seulement ne lui permettrait pas d’apporter beaucoup d‘éclaircissement sur la planète. Enfin le coût de la mission pose problème dans un pays pour certains confrontés à d’autres priorités.

Mars intéresse aussi les agences spatiales européennes et russes. Elles planifient en effet la mission ExoMars en 2016. La NASA qui était au départ intéressée dans la mission a abandonné le projet. Les objectifs principaux de cette mission sont très similaires aux missions précédentes. Il s’agit de rechercher du méthane et d’autres gaz qui seraient la signature de processus biologiques et géologiques actifs. La mission va aussi tester des technologies clés dans la préparation de futures missions de l’ESA vers Mars.
Après plusieurs missions les chercheurs disposeront de plus d’outils pour détecter des signes de vie sur la planète Mars.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Création de cellules souches in vivo