DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dictature franquiste: l'espoir des familles des victimes


Espagne

Dictature franquiste: l'espoir des familles des victimes

Ils réclament justice. Des Espagnols caressent toujours l’espoir que les crimes dont leurs proches ou eux-mêmes ont été victimes sous le franquisme soient punis. Des dizaines d’entre eux manifestaient ce mercredi à Madrid. Cette manifestation coïncide non seulement avec la visite en Espagne cette semaine d’un groupe de travail des Nations unies qui se penche sur les disparitions forcées mais aussi avec la demande d’extradition par une juge argentine de quatre anciens membres des forces de sécurité espagnols soupçonnés d’avoir torturé des opposants pendant cette dictature. Le 14 avril 2010, des parents argentins de deux Espagnols exécutés sous la dictature de Franco avaient déposé des plaintes demandant l’ouverture d’une enquête sur des crimes contre l’Humanité. Presque 40 ans après la fin de la dictature, les survivants et leurs familles, qui chiffrent à 114.000 le nombre de victimes du franquisme, regrettent que l’Etat espagnol n’ait toujours pas reconnu officiellement les faits.
L’Espagne a voté en 1977 une loi d’amnistie pour ces crimes, deux ans après la mort du dictateur.

Avec AFP et EFE

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bangladesh: cinquième jour de manifestations dans le secteur textile