DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Roms : la mise en garde de Bruxelles à la France

Vous lisez:

Roms : la mise en garde de Bruxelles à la France

Taille du texte Aa Aa

La France de nouveau sermonnée par Bruxelles sur la question des Roms. En 2010 déjà, sous Nicolas Sarkozy, les expulsions avaient hérissé la Commission européenne. Cette fois, c’est un ministre de gauche, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, qui a lancé un pavé dans la mare en expliquant qu’il était illusoire de penser qu’on règlerait le problème des populations roms à travers l’insertion uniquement. Réaction à Bruxelles :

“ La liberté de résider dans un autre pays de l’Union est un droit fondamental que les citoyens européens ont, qu’ils soient roumains, bulgares ou français, et donc ce point doit être souligné “, explique Olivier Bailly.

Et la Commission de rappeler que l’Europe a mis à la disposition des Etats membres 50 milliards d’euros pour les projets d’insertion des Roms. Or la France a insuffisamment recours à ces fonds.
20.000 Roms, essentiellement d’origine roumaine et bulgare, vivent en France. Pour l’heure, en raison des restrictions imposées à l’accès au marché du travail, ces ressortissants roumains et bulgares ne peuvent exercer que 300 professions spécifiques, dans le bâtiment et l’agriculture notamment. Des restrictions qui devront être levées en janvier prochain.