DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arcelor Mittal : François Hollande revient à Florange avec un centre de recherche

Vous lisez:

Arcelor Mittal : François Hollande revient à Florange avec un centre de recherche

Taille du texte Aa Aa

Quelques sifflets de déception, sans plus, pour accueillir François Hollande sur le site de Florange, site emblématique des difficultés de l’industrie en France…

Le pire a effectivement été évité pour les 629 salariés des hauts-fourneaux qui ont fermé en avril dernier malgré les promesses de l’Etat.
La resctructuration d’Arcelor Mittal n’a abouti à aucun licenciement sec. Et le président français est en outre arrivée avec un projet de centre de recherches sur la sidérurgie lorraine doté de 20 millions d’euros en poche.

“Je viendrai chaque année ici à Florange pour veiller au respect des engagements qui ont été pris et pour m’assurer que ce centre de recherche et de développement industriel produise les résultats escomptés“a promis le chef de l’Etat.

Entre les départs à la retraite sur l’ensemble de la filiale et les accords de de mutation et de reclassement, les salariés des deux hauts-fourneaux n’ont pas été délaissés.

Le gouvernement a bien évité un plan social à Florange, en plus d’avoir obtenu 180 millions d’euros d’investissement de Mittal sur 5 ans à Florange.

Mais restent beaucoup de déçus parmi les syndicalistes et les ouvriers :

“Monsieur Hollande, il vient pour nous dire quoi ? Qu’il nous a trahi. A la limite j’aurais préféré qu’il nous mente et qu’il ne vienne pas.”

“Il a du courage, il revient sur le lieu du crime.”

“Nous, à la CGT, on ne freine en rien les projets d’avenir, mais concernant les salariés sur le site, on n’a rien à se mettre sous la dent”, a réagi Lionel Burriello de la CGT. “On n’a toujours aucune garantie que Florange puisse être pérenne dans les années à venir”. La rencontre a été “satisfaisante sur la forme”, “mais sur le fond on se limite à l’aspect recherche”.

Seul Edouard Martin, leader local de la CFDT, semble satisfait:
“ça fait 562 millions d’euros qui vont être investis dans les dix ans ici dans cette vallée. Alors chacun a le droit de penser ce qu’il veut. Il y en a même qui disent que c’est de la merde, mais si c’est de la merde, je veux bien en manger tous les jours goulûment”.

300 millions d’euros d’investissements de l’Etat et de la région pour des projets lorrains innovants… La CFDT ne crache pas dessus, on l’aura compris.

Tous les syndicalistes gardent néanmoins en tête les promesses du candidat Hollande pendant la campagne électorale présidentielle. (La loi “Florange” sur l‘économie réelle a bien vu le jour mais a été édulcorée et ne pouvait pas s’appliquer au site selon le président).

Ils se rappellent aussi l’idée avancée en début d’année par le ministre du redressement économique Arnaud Montebourg de nationaliser temporairement les hauts-fourneaux.

Arnaud Montebourg était d’ailleurs absent du voyage. Mais il campe sur ses positions : le marché de l’acier repart et les deux hauts-fourneaux de Florange seraient nécessaire pour éviter à la France d’avoir à importer de l’acier.